VIDEO. Une enquête ouverte sur le vol d'explosifs et de détonateurs sur un site de l’armée

ARMEE Des grillages découpés ont été découverts lundi matin...  

N.Beu.

— 

Google map de Miramas (Bouches-du-Rhône).
Google map de Miramas (Bouches-du-Rhône). — GOOGLE

Un arsenal militaire a été volé dans une caserne de Miramas (Bouches-du-Rhône), dans la nuit de dimanche à lundi, a indiqué ce mardi matin l’AFP, confirmant l’information corroborée par diverses sources. Le parquet a annoncé l’ouverture d’une enquête pour vol avec effraction « commis en bande organisée ».

Lundi matin, des militaires auraient découvert plusieurs grillages de protection du site découpés, selon RTL. La radio, comme l’AFP, évoque le chiffre de 150 détonateurs volés ainsi qu’une dizaine de pains de plastic et une cinquantaine de grenades. Mais « il ne s’agit là que de premières estimations qui restent à confirmer », un inventaire étant en cours, ajoute Europe 1.

« Très inquiétant »

La caserne est un lieu de stockage de matériel pour les opérations extérieures (les Opex menées en Afrique), mais aussi de munitions, indique la station. Le site, qui s’étend sur 250 hectares, est composé d’une dizaine de bâtiments isolés les uns des autres par des dispositifs de sécurité mais sans caméras de surveillance. Or s’il est fréquenté par 200 militaires et civils durant la journée, dit Europe 1, seuls quelques gardiens et les militaires qui dorment sur place y sont présents.

Interrogé par France Bleu Provence, Frédéric Vigouroux, le maire de Miramas a indiqué n’avoir eu « que très peu d’informations », mais évoqué une affaire « très inquiétante ». « Tous les services de l’Etat sont focalisés sur le dossier », a-t-il précisé. Contactée par 20 Minutes, l’armée de terre n’a pas voulu confirmer l’information dans un premier temps. Questionné sur le sujet dans la matinale de RTL, Manuel Valls n’a pas non plus souhaité commenter le sujet.

La protection des sites militaires en question

En fin de matinée, le parquet de Marseille a fini par annoncer l’ouverture d’une enquête pour « vol avec effraction commis en bande organisée et introduction frauduleuse dans une enceinte militaire ». Cette enquête est « diligentée par la section de recherches de la gendarmerie nationale de Marseille ainsi que par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) pour les constatations », précise le procureur de Marseille Brice Robin dans un communiqué, confirmant sans plus de détails un « vol de munitions et d’explosifs découvert » lundi.

Le ministère de la Défense a également annoncé avoir demandé en interne une évaluation « sous quinzaine » de « la protection de l’ensemble des sites militaires de stockage de munitions ». Cette évaluation, demandée à la Direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense (DPID), permettra de « proposer les mesures correctrices qui s’imposeraient », précise le ministère dans un communiqué. Une enquête de commandement a également été ordonnée « pour analyser les faits, l’organisation et les éventuelles responsabilités » du vol survenu à Miramas, selon la même source.