Sécurité routière: Un grand test estival sur le code de la route

CODE Alors que accidents de la route repartent à la hausse depuis 2014, l'association « 40 millions d'automobilistes » lance ce lundi l'opération « 100 questions pour la route » pour que chacun puisse réviser les règles de la sécurité routière…

Lison Lagroy

— 

Le Code de la route est parfois trop méconnu par les automobilistes.
Le Code de la route est parfois trop méconnu par les automobilistes. — Jean-Christophe Verhaegen AFP

Partant du principe qu’une personne qui a obtenu le permis de conduire ne sera plus jamais formée aux nouvelles normes de sécurité routière, l’association « 40 millions d’automobilistes » cherche à palier ce manque de formation. Au programme : un site Internet pour tester ses connaissances, un cahier de vacances pour adultes ainsi qu’un livret pour enfants, distribués lors d’un tour de France.

Quels feux utiliser en quelles circonstances ? Quelle est la distance de freinage à 90km/h sur une route mouillée ? Les réponses ne sont pas connues de tous, comme le montre une récente étude de la Prévention routière, où la moitié des conducteurs réguliers assuraient avoir des lacunes au niveau du Code la route. Pour Daniel Quéro, président de « 40 millions d’automobilistes », la sensibilisation à ces questions est une priorité. L’association a engagé l’opération « en réaction à des mesures répressives » et pour que chacun puisse tester ses connaissances en matière de sécurité routière et de Code de la route. Le fait que « 100 questions pour la route » soit lancée en juillet n’est pas anodin : les mois d’été sont souvent les plus meurtriers car les automobilistes sont beaucoup sur la route. Daniel Quéro précise qu’il est important de faire de la prévention « auprès des enfants, parents, et grands-parents ». Sans pour autant stigmatiser les seniors, qui ne sont pas la cause de plus d’accidents que les autres.

Ne pas cibler que les seniors

Avis partagé par Thomas Le Quellec, responsable de la communication de l’association Prévention Routière, qui jugerait « discriminant » de faire repasser le code aux seniors. Quid des autres tranches d’âge qui auraient pu oublier la signification des panneaux ? « Nous ne voulons pas être dans l’obligation, imposer n’est pas la bonne façon de faire », clament les deux associations. L’idée défendue : interpeller les gens et faire évoluer leurs comportements pour que la route reste la plus sûre possible. Des stages – souvent gratuits - sont organisés par tous types d’organismes pour garder la main.

Le code évolue

Cette opération de « 40 millions d’automobilistes » a également été mise en place face au caractère évolutif du code de la route : les panneaux changent souvent, surtout avec l’apparition de nouveaux modes de transports urbains ou la multiplication des cyclistes. Daniel Quéro estime que les Français ne « surveillent pas forcément » cette évolution, et que cela pourrait être néfaste à leur conduite. Pour Thomas Le Quellec, les conducteurs estiment « trop souvent que leurs connaissances sont acquises » et ne vont pas chercher plus loin. La série de questions du test « 100 questions pour la route », tout comme les tests gratuits Défi de la route de la Prévention routière permettent de réviser tous les panneaux et les règles à suivre sur la route. Le président de « 40 millions d’automobilistes » met surtout en avant une éducation nécessaire aux conduites dangereuses « tout au long de la vie ». Pour ne pas prendre le risque de perdre la sienne.