Attentat en Isère: La décapitation, arme psychologique des islamistes

TERRORISME L'organisation de l'Etat islamique en a fait sa spécialité...

F.F. avec AFP

— 

Une photo tirée d'une vidéo montrant les deux otages japonais publiée par Daesh, le 20 janvier 2015.
Une photo tirée d'une vidéo montrant les deux otages japonais publiée par Daesh, le 20 janvier 2015. — AP/SIPA

Alors que l’attaque qui a eu lieu vendredi en Isère, à Saint-Quentin-Fallavier, n’a toujours pas été revendiquée, les questions continuent d’affluer. Plusieurs éléments pourraient indiquer un lien entre le suspect actuellement en garde à vue, assin Salhi, et Daesh. Outre le fait que des documents en lien avec le groupe Etat islamique (EI) ont été retrouvés à son domicile, la mise en scène macabre de l’usine pourait également avoir un rapport avec EI. Le groupe terroriste a depuis plusieurs années fait des décapitations sa spécialité.

Plantées sur des pics au vu des populations, comme vendredi sur les grilles d’une usine en Isère, les têtes des victimes des islamistes sont exhibées comme des trophées de guerre par les membres du groupe Etat islamique.

>> Retrouvez toute l'actu de la journée en direct par ici

La décapitation est pratiquée par les groupes affiliés à Al-Qaida en Irak, qui fut le précurseur de l’EI sous la houlette d’Abou Moussab al-Zarqaoui.

Le premier occidental à subir ce supplice fut le journaliste américain Daniel Pearl, égorgé puis décapité au Pakistan en février 2002.

Soumettre par la terreur

La décapitation avait décliné après la mort d’al-Zarqaoui en 2006, mais est revenue en force avec l’émergence de l’EI et la création d’un « califat » à cheval sur la Syrie et l’Irak.

Rita Katz, directrice de SITE, un mouvement d’observation du terrorisme, expliquait en septembre 2014 que le but de la décapitation et de sa diffusion en vidéo était de « recruter une petite minorité de musulmans radicalisés impressionnés par cette violence », qu’ils interprètent comme « une sorte de victoire ».

Souvent mise en scène par le biais de tournages vidéo, c’est une arme psychologique destinée aux ennemis de l’extérieur et de l’intérieur qui permet de soumettre par la terreur des populations de zones en guerre.

Une tradition très ancienne

Cependant, les dignitaires religieux musulmans affirment qu’il n’y a pas de crime pour lequel la religion prescrit la décapitation, mais cette pratique fut répandue par les musulmans et non musulmans durant les guerres à l’époque de Mahomet et après.

De la Rome antique à la guerre civile algérienne, en passant par la Révolution française ou le Japon de la Deuxième Guerre mondiale, la décapitation fut souvent utilisée comme sentence de mort dans de nombreux pays mais n’était pas spécifique aux pays islamiques.

Ce type de supplice, abandonné par la plupart des pays islamiques, demeure en Arabie saoudite, provoquant les critiques des associations de défense des droits de l’Homme.