EN DIRECT. Attentat en Isère: Une photo du suspect dévoilée.. Quatre personnes en garde à vue...

LIVE Suivez les événements en direct après l’attentat dans l'usine de gaz industriels Air Products à Saint-Quentin-Fallavier…

L.B. et T.L.G.

— 

Entrée de l'usine Air Products à Saint-Quentin-Fallavier (Isère).
Entrée de l'usine Air Products à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). — Google Street View

23h10: C'est la fin de ce live
Merci d'avoir suivi le déroulé de la journée avec nous

21h05: Des dignitaires musulmans dénoncent l'attentat en France
Al-Azhar, l'un des plus anciens centres de savoir de l'islam sunnite, a également dénoncé l'attaque en France durant laquelle un homme a été décapité. Al-Azhar a aussi appelé la communauté internationale à «vaincre ce groupe terroriste de toutes les façons possibles», faisant ainsi référence à l'EI.

20h25 : «Un risque terroriste extrêmement élevé»
Invité du 20h de TF1, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a déclaré «La France fait face à un acte terroriste extrêment élevé»

20h04: Une photo du suspect dévoilée
TF1 et LCI ont dévoilé un cliché de l'arrestation de Yassin Salhi par les policiers

19h24: Fiche de renseignement pour islamisme radical

 

Né en 1980, Yassin S est marié depuis une dizaine d'années, a trois enfants, un casier vierge, et a fait l'objet d'une fiche S des renseignements entre 2006 et 2008 pour islamisme radical. Il avait attiré l'attention des autorités par la suite pour ses liens avec la mouvance salafiste lyonnaise entre 2011 et 2014. Il était employé dans l'entreprise comme chauffeur livreur depuis mars 2015.

19h21: La victime était agée de 54 ans, chef d'entreprise

La victime était chef d'entreprise de transport de l'agglomération lyonnaise, âgé de 54 ans
 

19h20: Quatre gardes à vue en cours

 

Aucun élément ne permet d'affirmer qu'un complice était présent dans l'usine. Quatre personnes placées en garde à vue. Quatre sont toujours en cours. Celle du suspect, de son épouse, de sa soeur, et d'un autre individu

 

19h19: «Les pompiers surprennent le suspect dans un hangar alors qu'il manipulait des bouteilles d'acétone»

«Les pompiers arrivent rapidement sur le site. Ils surprennent le suspect dans un hangar alors qu'il manipulait des bouteilles d'acétone et l'appréhendent. Mais il gardera le silence»
 

19h17: Un couteau retrouvé et analysé par les enquêteurs

 

Une partie du hangar est soufflé. L'arrière du véhicule est partiellement détruit et le toit désintégré. Le corps de la victime sans tête a été découvert à l’aplomb du véhicule. A proximité du véhicule a été retrouvé un couteau. Arme qui est en cours d'exploitation. La tête de la victime a été retrouvée accrochée au grillage de l'usine. Il y a également présence de drapeaux islamiques sur lesquels il est inscrit 'la profession de foi'. L'enquête devra déterminer les circonstances de la décapitation : antemortem ou postmortem.

 

19h16: L'individu était connu des employés

 

« A 9 h 28, un véhicule utilitaire siglé d'une société de transport a pénétré dans l'usine sans attirer l'attention. Il avait l’habitude d'effectuer des livraisons. Le conducteur a sonné, la porte lui a été ouverte, l'individu était connu des employés. Le véhicule a longé le mur. Il est alors sorti du champ des caméras. A 9h36, une explosion a retenti. Une minute avant, la caméra montre que le véhicule a accéléré.»

 

 

19h13: Le procureur de Paris François Molins prend la parole

18h43: Perquisition au sein de l'entreprise de la victime et du suspect

Une perquisition était en cours vendredi en fin d'après-midi dans les locaux d'une entreprise de transport à Chassieu (Rhône), où travaillaient la victime décapitée et l'auteur présumé de l'attentat commis le matin dans un site de gaz industriels de l'Isère, selon des journalistes de l'AFP.

L'accès à cette entreprise, située dans une ZAC, était barré par la police. Des personnes en sont sorties, le visage grave, refusant de répondre à la presse. «Il s'agit d'établir l'environnement de la victime et du suspect» dans le cadre de l'enquête, a précisé une source proche du dossier.

La victime de l'attentat, âgée de 50 ans, était directeur commercial au sein de cette entreprise, où travaillait également l'auteur présumé de l'attentat.

18h34: Yassin «connaissait très peu» son patron, d'après un ancien collègue sur RTL

RTL a obtenu le témoignage de Abdel Karim, un des anciens collègues de Yassin Salhi. «Yassin Salhi c'est une personne que je fréquentais dans le cadre du travail. Il m'avait déjà parlé de Daesh, pas pour m'embrigader dans quoi que ce soit mais simplement pour me demander mon avis. Quand je lui ai dit ce que je pensais à partir de ce jour-là c'était "Bonjour-Au revoir".»

Il ajoute: «C'était quelqu'un de mystérieux, mais quelqu'un de très calme à la fois. Quand on parlait avec lui il répondait avec gentillesse. C'était un faux loup, c'était un loup déguisé en agneau.» Abdel Karim a expliqué que la victime était le nouveau gérant. «Yassin il l'a connaissait très peu cette personne. Il n'y a aucune raison de lui faire ça mais c'est vraiment dégueulasse».
 

18h05 : Deux notes d’information de la DGSI en 2013 et 2014 sur Yassin Salhi, selon RTL

Le nom du suspect interpellé, Yassin Salhi, apparaîtrait dans deux notes de la DGSI en 2013 et 2014, rapporte RTL. Les policiers soulignaient dans le premier document l’action de Yassin Salhi et de deux de ses amis classés comme « musulmans durs » qui souhaitaient créer un institut musulman à Besançon.

Dans la deuxième note, datée de mai 2014, les policiers notaient des « absences régulières et pour des périodes longues estimées à 2 ou 3 mois sans qu’il soit possible de dire où il se rend ».

« La note faisait aussi état d’un « brutal » changement de Yassin Salhi qui avait perdu beaucoup de poids et s’était rasé la barbe. Cette note inquiétante a entraîné la prise en compte de Salhi par la DGSI », ajoute RTL.

17h44: Lire l'interview de Mathieu Guidère, professeur d’islamologie à l’université de Toulouse II sur les premiers enseignements sur cet attentat…

17h31: Ségolène Royal demande une «vigilance maximale» sur tous les sites Seveso

Le ministère de l'Énergie a demandé vendredi aux exploitants de sites industriels sensibles, dits Seveso, de renforcer leur vigilance, après l'attentat survenu sur un site en Isère.

«Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, a mobilisé dès (vendredi) matin ses services pour mettre en état de vigilance maximale les exploitants des sites Seveso», explique un communiqué mis en ligne sur le site du ministère.

«Les directions régionales (du ministère, NDLR) ont pris contact avec les sites Seveso» en leur donnant pour consigne «de renforcer la présence humaine sur les sites de stockage, de restreindre les entrées, de faire des rondes de sécurité, et d'être plus attentifs aux mouvements sur les sites, tels que les livraisons, les travaux...», a détaillé auprès de l'AFP un porte-parole du ministère.

16h51: Quelques réactions politiques

 

 François Bayrou, président du MoDem: «Devant toutes ces horreurs en Isère et en Tunisie il faut comprendre ce que ces terroristes cherchent à obtenir. En France, ils cherchent notre affolement dont la peur deviendrait la cause».

Bruno Le Maire, député LR de l'Eure: «La barbarie a de nouveau frappé la France. C'est tout notre territoire qui est désormais sous la menace de l'islamisme radical».

Anne Hidalgo, maire PS de Paris: «Face à ces fanatiques de la mort, face à cette barbarie sans nom, nos réponses doivent rester inchangées: garantir la sécurité de nos concitoyens et renforcer le vivre-ensemble et l'éducation».

16h40: Le plan Vigipirate placé en alerte maximum en Rhône-Alpes pendant 3 jours, annonce François Hollande

16h30: Le suspect travaillait depuis quelques mois dans l'entreprise, rapporte notre correspondante

16h15: Une équipe de pompiers a été accueillie au cri de «Allahou Akbar»

 

Selon l'analyse des images de vidéosurveillance, sa tête a été mise sur un grillage par son assassin présumé, a indiqué une source proche du dossier. L'auteur présumé de l'attentat, Yassin Salhi, 35 ans, a ensuite percuté des bouteilles de gaz avec la camionnette de la société de la victime, provoquant une explosion.

Puis, il est sorti du véhicule pour se rendre dans un bâtiment proche et manipuler d'autres bouteilles. Une équipe de pompiers, appelée en secours, a été accueillie par Yassin Salhi au cri de «Allahou Akbar» (Dieu est le plus grand), a poursuivi cette source proche du dossier.

Les pompiers sont parvenus à le ceinturer et à le maîtriser en attendant l'arrivée des gendarmes, selon une des sources proches du dossier.

 

16h14: La victime était le patron du suspect

 

Selon notre journaliste sur place, la victime décapitée était le patron du suspect interpelé. Selon  une source proche du dossier, Yassin Salhi serait entré sur le site industriel en brandissant la tête coupée de son patron, avant d’aller l’accrocher au grillage. Ils faisaient tous les deux partie d’une entreprise de livraison basée à Chassieu, prestataire d’Air Products. «Ce qui explique qu’ils ont pu pénétrer sur le site sans problème». En revanche, les enquêteurs n’ont pas encore déterminé à quel moment précis la victime avait été décapitée.  

15h55: A lire, notre reportage aux abords de l’usine par notre envoyée spéciale

15h53: Début du conseil restreint présidé par Hollande

 

Un Conseil restreint présidé par François Hollande a débuté vendredi à l'Elysée à 15h30, après l'attentat qualifié de «terroriste» par le chef de l'Etat. Il s'agit de «faire le point des derniers éléments connus sur l'attentat», a indiqué l'entourage du président de la République, ajoutant que sera également évoquée lors de cette réunion l'attaque à Sousse, en Tunisie, qui a fait le même jour 27 morts, dont des touristes étrangers.

15h52: François Hollande s'est entretenu avec le président tunisien

«Le Président de la République s’est entretenu avec le Président de la République tunisienne, Béji Caïd Essebsi», a indiqué l'Elysée dans un communiqué. «Il lui a fait part du soutien de la France dans l’épreuve que connaît la Tunisie après l’attaque terroriste qui a fait à Sousse au moins 27 morts. Les deux Présidents ont exprimé leur solidarité face au terrorisme et leur intention de poursuivre et intensifier leur coopération dans la lutte contre ce fléau».

15h46: L'épouse de Yassin Salhi interpellée près de Lyon

 

L'épouse de l'auteur présumé de l'attentat commis vendredi à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), Yassin Salhi, a été interpellée près de Lyon, a appris l'AFP de source judiciaire.

Il s'agit de la troisième interpellation, après celles de Yassin Salhi et d'un autre homme, qui avait été repéré en train de faire des allers-retours suspects aux abords du site de gaz industriels où a été commis l'attentat.

15h31: Pour rappel, une attaque contre deux hôtels à Sousse en Tunisie a fait au moins 27 morts... Notre live par ici.

Attentat en Isère: Air Products, un site chimique qui appartient à une société américaine

15h13: La personne décapitée était un chef d'entreprise du Rhône

 

La dépouille de la personne retrouvée décapitée vendredi sur les lieux de l'attentat contre un site de gaz industriels, en Isère, est celle d'un chef d'entreprise de la banlieue de Lyon, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Aucun autre détail sur l'identité de cette victime n'a été donné par ces sources.

15h11: «Horreur face à la barbarie», tweete le maire de Grenoble

 

14h54: Arrivée de Hollande à l'Élysée pour un Conseil restreint

François Hollande est arrivé vendredi à 14h30 à l'Élysée, où il doit présider à 15H30 un Conseil restreint après l'attentat commis dans une usine de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

Le chef de l'État, qui est revenu précipitamment de Bruxelles, a convié à ce Conseil le Premier ministre Manuel Valls (en visio-conférence depuis la Colombie) et les ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères), Christiane Taubira (Justice) et Jean-Yves Le Drian (Défense).

 

14h46: «Un acte terroriste, ce n’est pas possible», explique la compagne du suspect

 

La compagne du suspect témoigne à Europe 1. «Je ne sais ce qui se passe. Il est parti au travail ce matin à 7 heures. Il fait des livraisons. Il n'est pas rentré entre midi et deux, moi je l'attends pour l'après-midi. Ma belle-sœur m'a dit 'allume la télé, il y a le journal. Et là, elle est en train de pleurer. Moi j'ai le cœur qui va s'arrêter», explique t-elle. «Au journal, ils disent "un acte terroriste", ce n’est pas possible. Moi je le connais bien mon mari. On a une vie de famille normale».

 

14h43: Opération du Raid en cours

Une opération du Raid était en cours à 14h30 devant un immeuble de Saint-Priest, dans la banlieue lyonnaise, où le suspect interpellé aurait été domicilié.

14h28: La victime serait le gérant d'une société de transport

Selon le Dauphiné, la victime aurait été identifiée. Il s'agirait du gérant d'une société de transport demeurant à Chassieu dans le Rhône qui était sur le site de l'entreprise attaquée. Il serait venu pour une livraison.

14h27: «Il ne peut y avoir la moindre faiblesse», déclare Manuel Valls

«Face à ce défi majeur, nous ne devons à aucun moment baisser la garde. La France est une nation forte et solidaire, et ne cèdera jamais à la peur. Tous les services de l'Etat sont mobilisés. Il ne peut y avoir la moindre faiblesse. Nous sommes engagés dans une lutte contre la menace terroriste sur notre sol», a expliqué le premier ministre Manuel Valls.

14h15: Au moins une interpellation supplémentaire dans l'enquête

 

Au moins une personne supplémentaire a été interpellée vendredi dans le cadre de l'enquête sur l'attentat perpétré dans une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), a-t-on appris de source proche du dossier.

«Un véhicule a été repéré en train de faire des allers-retours suspects en périphérie de l'enceinte, son numéro d'immatriculation a été relevé et son propriétaire a été identifié. Il a été arrêté», a détaillé cette source. Aucun lien formel n'a toutefois été établi à ce stade entre l'attaque et cet homme.

 

14h00: La victime «innocente»  a été «abjectement décapitée», dit Bernard Cazeneuve

L'homme retrouvé mort  sur le site d'une usine en Isère est «une victime innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée», a affirmé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à Saint-Quentin-Fallavier.

«La victime est en cours d'identification», a poursuivi le ministre sur le site de l'usine. «J'ai une pensée émue pour les victimes de ces actes et plus particulièrement pour cette personne innocente qui a été assassinée et abjectement décapitée et pour les victimes des attentats du mois de janvier», a-t-il déclaré.

 

13h55: Valls écourte son voyage en Amérique du Sud pour rentrer à Paris

Manuel Valls qui avait entamé jeudi en Colombie son premier déplacement latino-américain en tant que Premier ministre pour renforcer les positions de la France dans les domaines commerciaux, climatiques et sécuritaires., a décidé de rentrer à Paris suite à l'attentat de ce matin.

13h47: Qui est Yassin Salhi, le suspect principal de l'attentat?

Premiers éléments de réponse dans ce papier.

13h45: La compagne du suspect placée en garde-à-vue selon RTL

D'après les informations de RTL, «la compagne du suspect, ainsi que ses proches sont en garde-à-vue.»

13h39: Une seconde personne interpellée dit le Dauphiné Libéré

Selon le Dauphiné Libéré, une seconde personne a été interpellée à son domicile de Saint-Quentin-Fallavier. Le conducteur d'une Ford aurait été aperçu ce matin «en train de faire les allers retours devant la société à bord peu avant l'attentat».

13h37: «Un attentat abominable» pour Ségolène Royal

«C'est un attentat abominable qui soulève l'effroi. Je voudrais dire que mes pensées vont d'abord aux familles des victimes, aux salariés. La mobilisation et l'unité des Francais sont dans ces moments-là indispensables», a indiqué sur BFM TV Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie.

13h27: VIDEO. Ce que l'on sait de l'homme interpellé

13h22: «Il pourrait s’agir de Yassin Salhi», indique Bernard Cazeneuve

 

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur prend la parole.
« Le parquet antiterroriste a été saisi de l’enquête, l’identité du criminel est en cours de précision nous savons d’ores et déjà qu’il pourrait s’agir de Yassin Salhi, qui avait fait l’objet d’une fiche pour radicalisation non renouvelée en 2008, il n’avait aucun casier judiciaire.
Nous saurons dans le cadre de l’enquête en cours si d’autres éléments le concernant permettent d’avoir des éléments plus précis concernant son profil. Les instructions ont été données pour que d’éventuelles complicités soient identifiées et que des complices soient mis hors d’état de nuire. Des personnes ayant pu participer à ce crime abject ont été mises en garde à vue. L’enquête permettra de dire s’ils ont été impliqués et comment, il est trop tôt pour le dire. La victime est en cours d’identification. »

 

« Tous les services qui sont sous ma responsabilité sont mobilisés de manière à faire aboutir cette enquête. L’auteur supposé de ce crime a été interpellé par une personne du Sdis de l’Isère qui s’est rendu sur place et avec beaucoup de courage et de sang-froid a procédé à l’arrestation de cet individu ».

Attentat en Isère: Toutes les personnalités politiques témoignent de leur effroi...

12h54: «Le site industriel visé ne présente pas de risque majeur d’explosion», indique le maire

 

Le Dauphiné a interrogé Michel Bacconnier, le maire de Saint-Quentin-Fallavier. «Le site industriel visé, classé Seveso, ne présente pas de risque majeur d’explosion. Les gaz entreposés sont l’azote, l’oxygène et l’argon. La préfecture a pris la main sur la gestion de la crise. Ma première adjointe, Andrée Ligonnet, est sur le site».

12h46 : Le suspect a été « arrêté et identifié », indique Hollande

François Hollande prend la parole. « Cet attentat conduit par une personne, peut-être accompagné d’une autre et qui à vive allure se projette sur cet établissement. L’intention ne fait pas de doute, c’est de provoquer une explosion. L’attaque est de nature terroriste. Dès lors qu’il a été retrouvé un cadavre décapité avec des inscriptions. Au moment ou je parle il y aurait un mort et deux blessés.

Le ministre de l’Intérieur s’est immédiatement rendu sur place avec le procureur. L’individu suspecté d’avoir commis cet attentat a été arrêté et identifié. Les sites de la région ont été protégés davantage et toutes les précautions ont été prises pour éviter tout drame supplémentaire. Le ministre de l’Intérieur va s’exprimer dès la fin de mon intervention. »

12h39: La photo du suspect circulant sur internet est une fausse information

Une image du suspect interpellé circule sur les réseaux sociaux. Selon les informations du Monde, il s'agit en réalité d'une photo ancienne, d'un djihadiste albanais tué en Syrie en août 2014.

12h36: L'homme interpellé refuse de parler

Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête. «Rien de fiable ne peut être dit sur l'identité de l'homme interpellé, qui refuse de parler et n'avait pas de papiers d'identité», a souligné une source judiciaire.

12h34: «Les salariés de l'entreprise placés dans une commune voisine»

«La préfecture de l'Isère gère tout le dispositif de sécurité. Aucun confinement n'a été demandé. Les salariés de l'entreprise ont été placés dans une salle polyvalente dans une commune voisine.  Pas d’informations sur un éventuel deuxième homme», indique une source de la mairie de St Quentin à 20 Minutes.

12h29: Marine Le Pen demande «immédiatement» des «mesures fermes et fortes» pour «terrasser l'islamisme»

 

Marine Le Pen, a demandé qu'«immédiatement» soient prises des «mesures fermes et fortes» pour «terrasser l'islamisme», après l'attentat commis dans une usine à Saint-Quentin Fallavier (Isère).

«Les grandes déclarations doivent maintenant cesser. Les marches, les slogans et la communication émotionnelle doivent enfin laisser la place à l'action. Rien n'a été fait depuis des années contre le fondamentalisme islamiste (...) (Je) demande que des mesures fermes et fortes soient prises immédiatement pour terrasser l'islamisme», écrit la présidente du FN dans un communiqué.

12h19: Un Conseil de défense réuni ce vendredi à 15h00 à l'Elysée 

Attentat en Isère: un Conseil de défense réuni ce vendredi à 15h00 à l'Elysée, a annoncé le ministre Le Drian.

12h18: Hollande de retour «en tout début d'après-midi» à Paris

Le président français François Hollande qui participait vendredi à un sommet européen à Bruxelles rentrera «en tout debut d'après-midi» à Paris après l'attentat commis en Isère, a-t-on appris auprès de son entourage.

«Il rentrera en tout début d'après-midi et est en contact permanent avec le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et les services de l'Etat», a-t-on déclaré de même source, précisant qu'il s'exprimera «avant 13 heures» (11H00 GMT) devant la presse à Bruxelles.

12h15:Attentat en Isère: Ce que l'on sait

12h00 : « J’aimerais bien qu’on me dise de rentrer chez moi »

 

Employée dans la société Uponor, voisine d’Air Products, Christelle affirme à 20 Minutes n’avoir pas reçu de consignes particulières des autorités. « Mais on reste confinés dans l’entreprise. On n’a pas trop envie de sortir. D’autant qu’on ne sait pas si les coupables ont été arrêtés. » D’après elle, l’explosion sur le site voisin d’Air Products serait intervenue entre 9h30 et 10h. « Les routes sont encombrées par les forces de l’ordre. Il y en a partout. Ça m’inquiète un peu. J’aimerais bien qu’on me dise de rentrer chez moi et qu’on me sécurise le passage… »

11h58: La préfecture de la Savoie ferme ses portes

11h49: Le parquet antiterroriste se saisit de l'enquête sur l'attentat en Isère

La section anti-terroriste du parquet de Paris se saisit de l'affaire. L'enquête a été confiée à la Sous-direction anti terroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour «assassinat et tentatives d'assassinats en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste», «destruction, dégradation par l'effet d'une substance explosive en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste», «association de malfaiteurs terroriste en vue de commetre des crimes d'atteinte aux personnes».

11h48: «J'ai entendu une explosion», rapporte un témoin sur BFM TV

 

«J'étais sur mon bureau au téléphone. J'ai entendu une explosion. On pensait que c'était un avion, c'était pas ça. J'ai senti des vibrations. C'est impressionnant. Je suis encore sous le choc de se dire, c'est arrivé ici», rapporte un témoin sur BFM TV.

11h38: Valls ordonne une «vigilance renforcée» sur tous les sites sensibles de Rhône-Alpes

 

Manuel Valls a donné l'ordre aux préfets de «mobiliser immédiatement» les forces de l'ordre pour assurer «une vigilance renforcée» sur «tous les sites sensibles» en Rhône-Alpes, a déclaré vendredi à l'AFP l'entourage du Premier ministre.

 

«Suite aux événements de Saint-Quentin Fallavier», en Isère, «le Premier ministre donne l'ordre aux préfets de mobiliser immédiatement les forces de l'ordre pour assurer une vigilance renforcée sur tous les sites sensibles de la région Rhône-Alpes», a-t-on indiqué.

 

Manuel Valls, en déplacement actuellement en Amérique du sud, a demandé au ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, de se rendre à Saint-Quentin Fallavier, où a eu lieu l'attentat qui a fait un mort et plusieurs blessés.

11h37: La tête décapitée et recouverte d'inscriptions en arabe, accrochée à un grillage

11h34: Une cellule de crise activée

 

Des techniciens d’investigation sont sur place pour faire des prélèvements sur le corps et le ou les personnes impliquées dans l’attentat, indique à 20 Minutes une source de la gendarmerie. Le site a été sécurisé. Une cellule de crise a été activée au sein de la gendarmerie.

11h31: Les politiques commencent à réagir

 

11h29: L'homme arrêté serait connu des services de la DGSI

 

Selon le Dauphiné, l'individu arrêté serait âgé d'une trentaine d'années et serait connu des services la DGSI.

11h28: Le site était surveillé par des forces de l'ordre

 

Classé Seveso (qui présente des risques industriels), le site était surveillé par des forces de l'ordre. La gendarmerie précise à 20 Minutes que ce sont ces forces qui ont procédé à l'interpellation d'un homme.

11h24: La tête de la victime aurait été retrouvée accrochée au grillage

 

Selon le Dauphiné, la tête de la victime aurait été retrouvée «accrochée au grillage de l'enceinte de la société le long de la RD311»

 

11h16: L'individu a été interpellé

Contactée par 20 Minutes, la gendarmerie nationale indique : «C'est un véhicule qui a forcé le passage aux alentours de 10h-10h30. Il y a eu une explosion. Nous sommes sur un site classé Seveso. Pour nous le bilan provisoire est de 2 blessés. Les salariés ont été évacués. L'individu a été interpellé». Il n'a pas eu la confirmation que l'individu avait un drapeau islamiste mais privilégie la piste terroriste.

11h07 - L'homme est entré avec un drapeau islamiste

 

Selon les informations du Dauphiné Libéré, un corps décapité a été retrouvé à proximité de l'usine.

11h05 - Une explosion fait un mort et plusieurs blessés

Une explosion a eu lieu ce vendredi aux alentours de 10h dans la société Air Products à Saint-Quentin- Fallavier. Selon les premiers éléments, il y aurait un mort et deux blessés. L'individu a été interpellé selon nos informations.