Météo: Une vague de chaleur pourrait atteindre des records en France

PREVISIONS Une météo exceptionnelle est prévue à partir du 30 juin…

A.-L.B.

— 

Illustration de la chaleur, d'une météo très ensoleillée à Paris.
Illustration de la chaleur, d'une météo très ensoleillée à Paris. — DUPUY FLORENT/SIPA

Sortez les ventilateurs. A partir du mardi 30 juin, un temps très chaud et sec va s’installer sur la majeure partie du pays et se maintenir jusqu’à la fin de la semaine prochaine. La chaleur va arriver par le sud-ouest, avant de remonter au nord et à l’est à partir du 1er juillet.

« Le pays va connaître une chaleur intense, au seuil de la canicule », explique ce jeudi le prévisionniste de Météo France Etienne Kapikian. Il fera très chaud en Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Provence, mais aussi en Bourgogne, Franche-Comté et Rhône-Alpes. Plusieurs records de température pourraient d’ailleurs être dépassés, comme les 39,1 degrés enregistrés à Dax le 21 juin 2003. Ce vendredi, le site de Météo-France tablait sur des températures proches de 40°C à Lyon la semaine prochaine. Le record de 39,8 degrés enregistrés à Lyon, le 22 juillet 1983, pourrait donc être battu.

L’extrême nord-ouest du pays au frais

« A partir du 30 juin, on peut s’attendre à des températures de 35 à 40 degrés dans le sud-ouest. Dans l’arrière-pays méditerranéen, comme à Orange, il va également faire très chaud. Et dans le Lyonnais, la quarantaine de degrés est possible », précise le prévisionniste. Une chaleur d’autant plus pénible qu’elle s’accompagnera de valeurs très douces la nuit. Une absence de fraîcheur qui pourrait empêcher un repos salvateur.

Si vous voulez rester – relativement — au frais, préférez l’extrême nord-ouest du pays, la Bretagne où il devrait ne faire « que » 25 degrés durant l’épisode de chaleur… ou encore le littoral de la Côte d’Azur, « qui restera aux alentours de 30 degrés grâce aux brises marines », précise Etienne Kapikian.

Les prévisions météo et les températures s’affineront au jour le jour, rappelle le prévisionniste de Météo France. Enfin, ce temps chaud ne présage en rien la météo du reste de l’été. Car, comme le rappelle Etienne Kapikian, « en 2006, nous avons eu un mois de juillet caniculaire… et un mois d’août pourri ».