Grève des taxis: « On continuera de manifester tant que la situation ne changera pas !»

REPORTAGE La place de la Porte-Maillot à Paris est bloquée par les taxis depuis 9 h ce jeudi...

Claire Chédeville
— 
De nombreux taxis stationnent sur la place de la Porte Maillot à Paris.
De nombreux taxis stationnent sur la place de la Porte Maillot à Paris. — Claire Chédeville/20minutes

Des taxis à l’arrêt, les uns derrières les autres, des chauffeurs aux brassards jaunes en colère et des automobilistes coincés dans la masse, c’est l’ambiance qui règne ce jeudi sur la place de la Porte-Maillot à Paris. « On veut que le gouvernement supprime toutes les applications Uber. Nous, on paye une licence », dénonce André Cheguian, chauffeur de taxi syndiqué.

EN DIRECT. Grève des taxis : Les syndicats de taxi reçus ce jeudi après-midi à Matignon

Des chauffeurs en colère

Assis à côté de leur véhicule, et attentifs aux informations diffusées à la radio, les chauffeurs de taxi protestent. « On attend que le gouvernement se réveille, il faut qu’il y ait une réglementation », pour d’autres « le gouvernement ne peut rien faire, c’est à Bruxelles qu’il faut faire des changements.» Déterminés à ne pas lâcher, ils sont venus de toute l’Europe pour l’événement. Sur la place, des taxis espagnols, belges, anglais et allemands sont stationnés pour prêter mains fortes à leurs collègues français. « C’est de la concurrence déloyale. En 2015, si on gagne 500 euros on est les rois du pétrole », ironise Maurad, chauffeur de taxi depuis 10 ans.

Grève des taxis : Tout comprendre au conflit avec UberPop

Plus loin, des éclats de bouteilles de verre jonchent la route. Autour les chauffeurs de taxi chantent « Uber rentre chez toi ! Uber va-t’en ! » Agressifs, certains refusent de s’exprimer, tandis que d’autres demandent calmement à l’Etat de mettre des limites « les chauffeurs Uber peuvent conduire autant d’heures qu’ils veulent du coup ça peut aller jusqu’à l’accident, nous on est obligé de s’arrêter au bout de onze heures. En plus ils n’ont pas de véhicule homologué. Ça permet à n’importe qui de travailler au noir », explique un jeune chauffeur de taxi.


Des chauffeurs entonnent un chant contre la socièté Uber. - Claire Chédeville/20 minutes

« Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés »

De l’autre côté de la route, les automobilistes impuissants sont pris au piège. « Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers, je trouve ça horrible », témoigne Kimberley qui attend de pouvoir repartir. « On ne peut pas passer depuis ce matin », ajoute un autre. Des CRS, entourent la manifestation pour éviter tout débordement mais la journée avance et la situation ne se débloque pas « On comprend très bien qu’ils manifestent, mais il faut aussi qu’ils se remettent en question. Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés », explique Antoine, coincé à l’abord du rond-point.

Les automobilistes sont bloqués depuis ce matin. - Claire Chédeville/20 minutes

En attendant, une décision de l’Etat, les taxis comptent manifester « des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas ».


Des chauffeurs entonnent un chant contre la socièté Uber. - Claire Chédeville/20 minutes

« Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés »

De l’autre côté de la route, les automobilistes impuissants sont pris au piège. « Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers, je trouve ça horrible », témoigne Kimberley qui attend de pouvoir repartir. « On ne peut pas passer depuis ce matin », ajoute un autre. Des CRS, entourent la manifestation pour éviter tout débordement mais la journée avance et la situation ne se débloque pas « On comprend très bien qu’ils manifestent, mais il faut aussi qu’ils se remettent en question. Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés », explique Antoine, coincé à l’abord du rond-point.

Les automobilistes sont bloqués depuis ce matin. - Claire Chédeville/20 minutes

En attendant, une décision de l’Etat, les taxis comptent manifester « des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas ».

Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers
Des chauffeurs entonnent un chant contre la socièté Uber. - Claire Chédeville/20 minutes

« Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés »

De l’autre côté de la route, les automobilistes impuissants sont pris au piège. « Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers, je trouve ça horrible », témoigne Kimberley qui attend de pouvoir repartir. « On ne peut pas passer depuis ce matin », ajoute un autre. Des CRS, entourent la manifestation pour éviter tout débordement mais la journée avance et la situation ne se débloque pas « On comprend très bien qu’ils manifestent, mais il faut aussi qu’ils se remettent en question. Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés », explique Antoine, coincé à l’abord du rond-point.

Les automobilistes sont bloqués depuis ce matin. - Claire Chédeville/20 minutes

En attendant, une décision de l’Etat, les taxis comptent manifester « des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas ».


Des chauffeurs entonnent un chant contre la socièté Uber. - Claire Chédeville/20 minutes

« Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés »

De l’autre côté de la route, les automobilistes impuissants sont pris au piège. « Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers, je trouve ça horrible », témoigne Kimberley qui attend de pouvoir repartir. « On ne peut pas passer depuis ce matin », ajoute un autre. Des CRS, entourent la manifestation pour éviter tout débordement mais la journée avance et la situation ne se débloque pas « On comprend très bien qu’ils manifestent, mais il faut aussi qu’ils se remettent en question. Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés », explique Antoine, coincé à l’abord du rond-point.

Les automobilistes sont bloqués depuis ce matin. - Claire Chédeville/20 minutes

En attendant, une décision de l’Etat, les taxis comptent manifester « des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas ».


Des chauffeurs entonnent un chant contre la socièté Uber. - Claire Chédeville/20 minutes

« Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés »

De l’autre côté de la route, les automobilistes impuissants sont pris au piège. « Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers, je trouve ça horrible », témoigne Kimberley qui attend de pouvoir repartir. « On ne peut pas passer depuis ce matin », ajoute un autre. Des CRS, entourent la manifestation pour éviter tout débordement mais la journée avance et la situation ne se débloque pas « On comprend très bien qu’ils manifestent, mais il faut aussi qu’ils se remettent en question. Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés », explique Antoine, coincé à l’abord du rond-point.

Les automobilistes sont bloqués depuis ce matin. - Claire Chédeville/20 minutes

En attendant, une décision de l’Etat, les taxis comptent manifester « des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas ».

des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas
Des chauffeurs entonnent un chant contre la socièté Uber. - Claire Chédeville/20 minutes

« Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés »

De l’autre côté de la route, les automobilistes impuissants sont pris au piège. « Ils bloquent les aéroports et s’en prennent aux voitures des particuliers, je trouve ça horrible », témoigne Kimberley qui attend de pouvoir repartir. « On ne peut pas passer depuis ce matin », ajoute un autre. Des CRS, entourent la manifestation pour éviter tout débordement mais la journée avance et la situation ne se débloque pas « On comprend très bien qu’ils manifestent, mais il faut aussi qu’ils se remettent en question. Je pense qu’il y a des problèmes des deux côtés », explique Antoine, coincé à l’abord du rond-point.

Les automobilistes sont bloqués depuis ce matin. - Claire Chédeville/20 minutes

En attendant, une décision de l’Etat, les taxis comptent manifester « des jours, des semaines et des mois tant que la situation ne changera pas ».