Grève des taxis: Le gouvernement tente de calmer la grogne

POLITIQUE Les syndicats de taxi vont être reçus ce jeudi après-midi à Matignon et le ministre de l'Intérieur a demandé au préfet de police de Paris de prendre un arrêté interdisant l'activité d'UberPop...

B.D. avec AFP
— 
La manifestation des taxis à Paris, le 25 juin 2015.
Lancer le diaporama
La manifestation des taxis à Paris, le 25 juin 2015. — Michel Euler/AP/SIPA

Un signe d'apaisement? Les syndicats de taxi vont être reçus ce jeudi après-midi à Matignon et le ministre de l'Intérieur a demandé au préfet de police de Paris de prendre un arrêté interdisant l'activité d'UberPop, au coeur de la grogne des chauffeurs.

>> Suivez en direct les événements de la journée de mobilisation des chauffeurs de taxi par ici

Alors que se multiplient depuis ce jeudi matin les rassemblements et débordements, «Matignon recevra une délégation des syndicats de taxi cette après-midi, en présence des représentants des ministres concernés», soit les ministres de l'Economie, des Transports et de l'Intérieur, ont indiqué les services du Premier ministre.

Valls absent

Manuel Valls est depuis mercredi soir en déplacement officiel en Colombie et en Equateur, et aucune précision n'a été ajoutée quant au format, à l'horaire et les participants de cette rencontre.

Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, en déplacement ce jeudi matin à Marseille, a «demandé au préfet de police de Paris de prendre un arrêté interdisant l'activité d'UberPop».

Appel au calme

«J'appelle tout ceux qui sont dans l'action à n'engager aucune violence», a-t-il également déclaré, alors que des débordements ont été observés en région parisienne lors des manifestations de taxis contre l'application.

Opérations escargots, blocages des gares et des aéroports, voitures de transport avec chauffeur (VTC) prises pour cible: plus d'un millier de taxis en colère sont mobilisés partout en France ce jeudi pour dénoncer la «concurrence sauvage» d'UberPOP, créant d'importantes perturbations.