Haute-Vienne: Une directrice de maternelle soupçonnée de violences sur ses élèves

FAITS DIVERS Elle été placée en garde à vue…

Vincent Vantighem
— 
Des enfants dans une école maternelle
Des enfants dans une école maternelle — Frank Perry AFP

« Elle usait de méthode disons "à l’ancienne", c’est-à-dire assez violentes », reconnaît une source proche de l’enquête. La directrice d’une école maternelle de Feytiat, à quelques kilomètres au sud est de Limoges (Haute-Vienne) a été placée en garde à vue, mercredi, soupçonnée de « violences physiques et psychologiques » contre une quinzaine d’enfants. Selon la radio Flash Limoges, cette garde à vue aurait été prolongée, ce jeudi matin.

L’école maternelle de Feytiat (Limousin). - GOOGLE MAP


Un collectif de parents d’élèves, qui a déposé 12 plaintes, est à l’origine de la procédure. « Nous avons réuni de nombreux témoignages : tapes sur la nuque, enfants secoués, témoignages de tout-petits racontant leur angoisse d’être mis dans le "placard aux sorcières", humiliations, brimades… la liste est sans fin », a raconté une mère de famille, porte-parole du collectif, qui souhaite rester anonyme.

Le rectorat a indiqué qu’elle ne reviendrait plus

« La brigade des mineurs enquête sur l’affaire depuis cinq mois. Ce genre de dossier est toujours sensible et il a fallu prendre le temps. A ce jour, il y a 12 plaintes, et une quinzaine de personnes qui ont été entendues », a indiqué une source policière. Selon la porte-parole du collectif de parents, le rectorat aurait informé les parents au printemps « qu’un accord avait été trouvé avec l’institutrice de 48 ans, qu’elle était en arrêt de travail et qu’elle ne reviendrait plus dans l’école ».

« Mais pour nous, il est inenvisageable qu’elle retourne auprès d’enfants où que ce soit. Cette femme n’a plus sa place dans l’Education nationale », s’insurge-t-elle, justifiant le dépôt des plaintes.

La petite de deux ans et demi était « éteinte »

« Ma fille a été scolarisée à la rentrée dernière, à deux ans et demi. Elle était ravie d’aller à l’école et très vite la situation a glissé (…) Dès octobre elle était devenue méconnaissable, comme éteinte », raconte la mère, évoquant des « symptômes de dépression » détectés par les médecins.

Selon elle, c’est « une discussion avec une autre maman d’élève » qui a révélé que « nos enfants racontaient les mêmes événements, que leurs symptômes étaient semblables, et que d’autres petits étaient en souffrance ».