Sur les sites de rencontre, les animaux deviennent des atouts pour séduire

SOCIETE Que l’on cherche un partenaire de promenade ou l’âme sœur, de nombreux sites misent sur les animaux pour trouver l’amour…

Audrey Chauvet

— 

Des chiens en tenue de mariés.
Des chiens en tenue de mariés. — ARDEA/MARY EVANS/SIPA

« Je cherche un homme simple, gentil, drôle, attentionné, qui aime comme moi la nature et les animaux. J’ai deux chats, deux chiennes et un cheval. » « J’aimerais faire partager ma passion de mes animaux avec celle qui me comprendra. J’ai subi beaucoup d’échecs sentimentaux et seuls mes animaux m’ont aidé. » Voilà le genre de petites annonces que l’on peut lire sur Animoflirt. Mais aussi sur Tindog, Wovyou, Amicalement dog

Moins fréquentés que les poids lourds généralistes de la rencontre, ces sites de niche rencontrent un succès croissant : lancée il y a deux semaines, l’appli Tindog revendique déjà « plusieurs dizaines de milliers » d’inscrits, assure son créateur Julien Muller. « L’idée est venue du fait que quand on promène son chien tout seul, il est difficile d’aller parler à un autre maître en promenade, explique-t-il. On rate alors une opportunité pour son chien et pour soi-même, c’est dommage de ne pas partager sa passion. »

Des chiots et des enfants

Sur ces sites, pas de photo de torse musclé ou de « duck face » aguicheur : on préfère mettre celle de sa minette ou de son teckel. Car eux aussi sont concernés : les maîtres peuvent leur chercher un partenaire pour une saillie ou un compagnon de jeux. « On veut que les gens aillent se promener ensemble, qu’ils nous envoient des photos de chiots qui sont nés grâce à nous, et des photos d’enfants aussi ! », s’enthousiasme Julien Muller.

Sur Animoflirt, même ceux qui n’ont pas d’animal peuvent s’inscrire, du moment qu’ils aiment les bêtes. Philippe, passionné par les chevaux et propriétaire d’une mini-ferme pédagogique dans l’Eure-et-Loir, a délaissé les sites généralistes pour affiner sa recherche : « J’étais inscrit sur Badoo, raconte-t-il. J’y ai rencontré beaucoup de jeunes femmes mais aucune n’avait le même délire que moi par rapport aux animaux. Je suis plutôt du genre L’amour est sans le pré ! », sourit-il.

L’amour reprend du poil de la bête

Pour le psychanalyste Alain Héril, utiliser un chien, un chat ou un cheval pour séduire n’est pas anodin. « L’animal peut être un prétexte à la rencontre, estime le psy, mais cela raconte aussi la difficulté à se rencontrer directement. Pour ceux qui ont besoin de cet objet transitionnel, on peut supposer une timidité voire un certain manque de confiance en soi et dans sa capacité à rencontrer l’autre. »

Miser sur une passion commune peut aussi rassurer des célibataires comme Jimmy*, 38 ans, qui cherche une « amoureuse des bouledogues français » sur Animoflirt. « C’est très difficile de faire marcher un couple si un seul a la passion des animaux », estime Julien Muller, lui-même propriétaire de trois chiens, un perroquet, plusieurs furets et un chat. « Un chien, ça dort sur le lit, ça prend du temps. Les animaux, c’est comme la cigarette ou les enfants : si un seul fume ou veut des enfants, la vie en couple va être difficile. » Philippe en sait quelque chose : « J’ai divorcé à cause de ma passion pour les chevaux : quand j’ai ouvert mon centre équestre, ça me prenait beaucoup de temps et ça représentait un coût important. Ma femme en a eu ras le bol. »

Prétexte, rétorque le psychanalyste. « Si on prend l’animal comme prétexte à la dispute, c’est que quelque chose dysfonctionne de manière plus profonde dans le couple, explique Alain Héril. Heureusement qu’un couple ne tient pas essentiellement à sa capacité d’aimer les chiens ou les chats ! » La preuve, la créatrice du site Animoflirt, Chantal Ohayon, a elle-même rencontré un homme qui n’était pas spécialement amoureux des animaux. Mais « si la personne vous aime, elle peut faire des changements dans sa vie », reconnaît-elle.

*Les prénoms ont été modifiés