Trois bonnes excuses de Julie Gayet pour accompagner François Hollande en déplacement

ELYSEE L’actrice était présente lors des commémorations du 18-Juin, ce jeudi matin, au titre de petite-fille de résistant...

N.B.

— 

Julie Gayet sur le Mont-Valérien, dans les Hauts-de-Seine, le 18 juin 2015.
Julie Gayet sur le Mont-Valérien, dans les Hauts-de-Seine, le 18 juin 2015. — Thomas Samson/AP/SIPA

François Hollande, Julie Gayet (et papi). Pour la première fois depuis la révélation de leur relation, le président de la République et sa compagne se sont retrouvés en public au même endroit, ce jeudi. Un premier déplacement en amoureux ? Pas tout à fait. Le couple se trouvait en fait au Mont-Valérien, dans les Hauts-de-Seine, pour commémorer l’Appel du 18-Juin. Un événement officiel auquel l’actrice était invitée en tant que… petite-fille d’Alain Gayet, Compagnon de la Libération. Un mélange des genres que des internautes ont largement moqué et critiqué, sur Twitter.

Les jaloux… Pour aider Julie Gayet, 20 Minutes a préféré imaginer les futures bonnes raisons qu’elle pourra avancer pour se justifier de passer du temps avec son compagnon.

A la finale de l’Euro 2016

Les mauvaises langues qui disent que la filmographie de Julie Gayet est moins remplie que le palmarès du Stade Rennais n’ont probablement pas vu Delphine : 1, Yvan : 0. Réalisée par Dominique Farrugia, cette comédie sans prétention est un petit bijou qui réunit, outre Julie Gayet, les frères Hazanavicius, Alain Chabat et Thierry Beccaro. C’est simple : il s’agit de l’un des meilleurs films de football jamais tournés. Une performance d’autant plus forte qu’il ne parle pas de foot mais de l’histoire d’amour entre deux trentenaires, commentée par Thierry Roland et Jean-Michel Larqué. Autant dire que la présence de Julie Gayet au Stade de France, le 10 juillet 2016, où se trouvera inévitablement François Hollande, ne choquerait pas grand monde parmi les amateurs de foot. A condition qu’elle ne s’y rende pas avec l’avion présidentiel et ses deux enfants…

A l’hôpital pour enfants malades Necker

Petite-fille de chirurgien, fille de chirurgien et sœur de radiologue, Julie Gayet connaît plutôt bien le monde hospitalier. Et si on ne lui confierait pas forcément une opération à cœur ouvert, sa généalogie lui confère une certaine légitimité à parler médecine. Si tout cela ne suffit pas, l’actrice peut jouer sur la corde sensible en évoquant ses deux fils. Cela devrait suffire à lui ouvrir les portes de l’hôpital Necker-Enfants malades, à Paris. Le 10 juillet 2013, le chef de l’Etat y avait inauguré le nouveau pôle mère-enfant Laennec. Deux ans après, une visite de routine serait du plus bel effet. Julie Gayet serait alors parfaitement dans son rôle de « première dame ».

Au Salon de l’Agriculture

Parisienne de naissance (de Suresnes, plus précisément), Julie Gayet n’a pas vraiment grandi auprès des animaux de la ferme. Mais elle a développé un goût certain pour le vin. Au point que l’actrice a été intronisée il y a quelques jours dans la confrérie de la Jurade de Saint-Emilion. Le genre de titre qui oblige à savoir faire la différence entre les vins chez Franprix, et à défendre l’alcool made in France. Tout logiquement, l’actrice aurait donc sa place au Salon de l’Agriculture, à Paris. A François le saucisson, à elle le pinard. Le premier qui sort de la Porte de Versailles a perdu.