UberPOP: Manifestations de taxis à Paris et aux aéroports ce mardi

TRANSPORTS A Orly, les chauffeurs ont «empêché la prise en charge de passagers»...

20 Minutes avec agences

— 

Des taxis se sont rassemblés devant les Invalides, à Paris, le 14 janvier 2013, pour dénoncer la «concurrence déloyale» des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC).
Des taxis se sont rassemblés devant les Invalides, à Paris, le 14 janvier 2013, pour dénoncer la «concurrence déloyale» des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). — FRANCOIS GUILLOT / AFP

A l’appel du syndicat SUD Taxis, les taxis parisiens bloquent depuis ce matin, mardi, les aéroports de Roissy, Orly et du Bourget, ainsi que les quartiers de La Défense, de la Porte Maillot, de Rungis et du pont de Gennevilliers. Selon une information Europe 1, ils seraient toujours en train de bloquer la place de la Bastille alors que les cortèges sont partis des aéroports vers 8 heures.

Plus d’une centaine de taxis parisiens ont, en effet, participé dans la matinée à des rassemblements au départ des aéroports parisiens avant de converger vers la capitale, pour dénoncer la concurrence de l’application UberPOP et des VTC (véhicules de transport avec chauffeur). Le principal rassemblement s’est tenu au petit matin à Roissy-Charles-de-Gaulle. Puis, une centaine d’artisans taxis sont partis en opération escargot, via l’autoroute A1, en direction de Paris. Le syndicat Sud-Taxis, à l’origine du rassemblement, en a dénombré « 200 à 300 ».

 

 

« On demande à l’Etat que les lois soient appliquées pour les VTC »

Une trentaine d’autres chauffeurs étaient, eux, rassemblés devant le second aéroport parisien, celui d’Orly, où ils ont « empêché la prise en charge de passagers » par leurs confrères, selon une source aéroportuaire. Enfin, d’autres taxis se sont réunis Porte Maillot et ont pris le périphérique en direction de l’Est de Paris, pour converger avec leurs collègues vers Bastille, a ajouté le président d’une autre organisation, Taxis de France, Ibrahima Sylla.

« On demande à l’Etat que les lois soient appliquées pour les VTC, notamment sur le retour à la base et la géolocalisation », a expliqué Mahecor Diouf, secrétaire général de SUD-Taxis. « On voit souvent (les VTC) dans les aéroports sans réservation : ça, on ne peut plus l’accepter », a ajouté le délégué, qui demande à être reçu par le Premier ministre.

La colère a grandi avec le lancement en France d’UberPOP

Les chauffeurs de taxi dénoncent la concurrence des VTC depuis des mois, mais leur colère a encore grandi avec le lancement en France d’UberPOP, un service permettant à des particuliers de proposer leurs services à prix cassés. Les taxis ont lancé une bataille sociale et judiciaire, remontant jusqu’au Conseil constitutionnel, contre ce service du géant américain Uber que le gouvernement lui-même considère comme illégal.

La Fédération nationale des taxis a précisé qu’elle ne s’était pas jointe aux rassemblements prévus ce mardi, mais doit participer à une réunion interfédérale au sujet d’UberPOP demain, mercredi.