Islam: L’épineuse question de la construction de mosquées sur la table

RELIGION Le gouvernement a organisé ce lundi la première réunion d’une large « instance de dialogue avec l’islam de France »...

F.V.

— 

La mosquée El Forkane de Vénissieux, près de Lyon. Illustration
La mosquée El Forkane de Vénissieux, près de Lyon. Illustration — Jean-Philippe Ksiazek AFP

Image de l’islam, construction de mosquées, formation des imams, pratiques rituelles : le gouvernement a réuni pour la première fois ce lundi une large « instance de dialogue » destinée à renouer le lien avec des musulmans. Sa création avait été annoncée quelques semaines après les attentats terroristes de janvier, qui ont ébranlé la communauté musulmane française, la première d’Europe avec quelque cinq millions de membres estimés, pratiquants ou non. Parmi les tables rondes prévues, l’une devait aborder l’épineuse question de la construction et de la gestion des mosquées. 20 Minutes fait le point.

Combien sont-elles ?

Il y en avait entre 2 300 et 3 000 lieux de culte musulmans en 2014 selon les sources, y compris les petites salles de prière. C’est un millier de plus qu’il y a dix ans. Moins d’une centaine de ces lieux mesurent plus de 1 000 mètres carrés, et une trentaine seulement sont coiffés d’un minaret, toujours muet. C’est loin des quelque 100 000 édifices catholiques, dont environ 45 000 églises paroissiales. A cela s’ajoutent quelque 300 projets en cours, souvent très difficiles à mener faute de financements, et qui suscitent parfois des blocages politiques.

Ce nombre est insuffisant, selon le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur. Lors du Rassemblement annuel des musulmans de France en avril, il a appelé à doubler le nombre de mosquées pour répondre au besoin des millions de musulmans. Ce lundi, sur Europe 1, Dalil Boubakeur a également suggéré de mettre à disposition les églises inoccupées en France pour le culte musulman.

Qui les finance ? 

C’est l’un des aspects les plus sensibles. Le flou règne. La loi française interdisant à l’Etat de financer un lieu de culte, les mosquées doivent avoir d’autres sources de financement. Les fidèles en sont une. Mais, selon une enquête de Libération, « presque toutes les grandes mosquées françaises ont été construites avec l’aide d’un ou plusieurs pays donateurs dans des proportions qui dépassent très souvent la moitié du budget total ». Parmi eux, le Maroc (qui a financé aux deux tiers la construction de la Grande Mosquée de Saint-Etienne), l’Algérie (qui a versé 1,8 million d’euros en 2013 à la Grande mosquée de Paris), le Koweït ou encore l’Arabie saoudite.

Problème, ces financements suscitent la crainte d’une « mainmise » externe sur l’islam de France. Selon Le Figaro, le nombre des mosquées et salles de prière passées aux mains des fondamentalistes a plus que doublé en quatre ans, passant de 44 à 89 entre 2010 et l’année dernière.

Sont-elles menacées ? 

Oui. Une mosquée en construction à Carpentras a ainsi été la cible d’un tir, qui n’a pas fait de victime, dans la nuit de dimanche à lundi. La montée des actes antimusulmans suscite l’inquiétude. « Depuis le début de l’année, les atteintes aux lieux de cultes musulmans ont été multipliées par trois », a indiqué le Premier ministre, Manuel Valls, ce lundi. Un millier de mosquées sont désormais protégées.