«Jurassic World»: Pourquoi les dinosaures nous fascinent tant?

PREHISTOIRE Ils sont vieux, gigantesques et terrifiants, et pourtant, les enfants les adorent...

Thibaut Le Gal
— 
 	Extrait du film d'animation, Le Petit dinosaure et la vallée des merveilles.
Extrait du film d'animation, Le Petit dinosaure et la vallée des merveilles. — NANA PRODUCTIONS/SIPA

Ils nous fascinent depuis l’enfance. Les dinosaures ont disparu il y a 65 millions d’années mais restent pourtant très présents dans notre quotidien. Ils s’affichent dans les musées, en littérature, ou dans de nombreux films. A l’occasion de la sortie du quatrième volet de la saga « Jurassic Park », 20 Minutes s’est demandé pourquoi ces animaux préhistoriques nous intéressent toujours autant.

« Jurassic World » : Pourra-t-on un jour cloner des dinosaures ?

Ils sont gigantesques

La « dinomania » n’a pas attendu Steven Spielberg pour éclore. « La première exposition de dinosaures, grandeur nature, au public remonte au milieu du 19e siècle. Les premières espèces connues avaient été reconstituées par un chercheur et un artiste », rappelle Jean Le Loeuff, paléontologue et directeur du Musée des Dinosaures à Espéraza (Aude).

Le Crystal Palace Dinosaurs de Londres ouvre ses portes en 1854. Les visiteurs s’émerveillent devant des sculptures géantes de Benjamin Waterhouse Hawkins, conseillé par le paléontologue britannique Richard Owen. « Le gigantisme des créatures étonne. A cette époque déjà, les dinosaures font un tabac », précise Jean Le Loeuff.

« La taille des dinosaures explique en partie leur succès », ajoute Pascal Hachet, psychologue et docteur en psychanalyse. « Certains squelettes de dinosaures sont très impressionnants et dépassent les tailles classiques d’animaux connus. Pour la même raison, au Moyen-Âge, les éléphants et les rhinocéros suscitaient la fascination en Europe », précise l’auteur de Dinosaures sur le divan-psychanalyse de Jurassic Park.

« Ce gros succès populaire est répété par la suite à chaque fois que les dinosaures sont mis sur le devant de la scène, notamment en littérature et au cinéma. Le roman d’aventures Le monde perdu d’Arthur Conan Doyle est un carton en 1912, tout comme l’adaptation de 1925, dans lequel les dinosaures sont recréés image par image », développe Jean Le Loeuff.



Ils sont mystérieux

Le dinosaure est un être mystérieux. Les connaissances scientifiques ne cessent de s’améliorer. « C’est amusant de voir qu’au cinéma, les dinosaures sont raccords avec ce qu’on en pensait à l’époque, sur l’aspect physique mais aussi sur leur vie sociale, leurs déplacements. Un exemple : en 1925, le T-Rex se tient à la verticale avec la queue touchant le sol. En 1993 dans Jurassic Park, la représentation est beaucoup plus fidèle, le corps est presque parallèle au sol avec la queue tendue », remarque le paléontologue. « A ce titre, les dinosaures de Jurassik World sont ringards. Les vélociraptors devraient par exemple être recouverts de plumes. »

Autre élément de fascination, leur disparition. « Le mystère autour de leur extinction et les différentes hypothèses avancées, parfois farfelues, ont pu être des projections d’une angoisse humaine », explique Pascal Hachet. « Les dinosaures nous renvoient à nous-mêmes. Ils ont régné sur Terre pendant des dizaines de millions d’années avant de disparaître. Ils interrogent ainsi sur la périssabilité de notre propre espèce. »

Terrifiants mais disparus

Beaucoup de parents l’ont remarqué, les enfants sont particulièrement attirés par ces créatures, pourtant effrayantes. « Elles sont énormes et féroces, mais elles ont disparu ! » répond Pascal Hachet. « Le fait d’être certain que les dinosaures n’existent plus est rassurant. Cela permet aux enfants de jouer avec leur peur. Ces monstres du passé ne risquent pas de les attaquer. »

Cela expliquerait aussi leur succès chez des tout-petits, qui parviennent parfois à mémoriser un grand nombre d’espèces. « Nommer les choses permet d’en avoir moins peur, de les mettre à distance. La curiosité intellectuelle permet de gérer cette angoisse », assure le psychologue. Jean Le Loeuff confirme. Le favori des enfants reste le Tyrannosaure. « C’est le plus gros carnivore donc le plus "méchant". Il faut dire qu’il impressionne avec ces 14 mètres de long et ces 5 mètres de hauteur. »