Front national: Quatre militants soupçonnés d'avoir incendié des voitures... pour dénoncer l'insécurité

POLICE Selon les informations du «Parisien», l'ancien numéro 2 du FN 77 a été placé en garde à vue, soupçonné de destruction volontaire et de délit imaginaire...

O. G.

— 

Illustration de la police.
Illustration de la police. — WITT/SIPA

Des voitures incendiées volontairement pour illustrer l’insécurité ? Selon les informations du Parisien, l’ancien numéro 2 du Front national en Seine-et-Marne a été placé en garde à vue à la police judiciaire de Meaux. Il est soupçonné, ainsi que trois militants du parti d’extrême droite, d’avoir mis le feu à des véhicules.

« Le parquet a ouvert une enquête pour destruction volontaire par incendie en bande organisée, dégradation volontaire de bien privé et dénonciation de délit imaginaire », a expliqué ce mercredi matin le procureur-adjoint, Emmanuel Dupic au Parisien.

Ils incendient 12 voitures pour dénoncer l’insécurité

En clair, les quatre hommes, des amis selon le quotidien, qui ont reconnu les faits, auraient incendié douze voitures à Mitry-Mory le 8 avril 2015 pendant la nuit. Dès le lendemain matin, Adrien Desport, l’auteur présumé des incendies, condamnait vivement sur son blog politique « l’insécurité dans la ville ». Les quatre militants frontistes sont également poursuivis pour avoir tagué la voiture d’un militant FN dans le Val-d’Oise, mais aussi un portail, une sonnette et une boîte aux lettres.

Le Front national a porté plainte

Et c’est le Front national qui a porté plainte au commissariat de Nanterre : après une enquête interne, le parti imaginait que leurs quatre militants aient commis ces infractions. Et l’ancien candidat FN aux élections départementales Adrien Desport n’en est pas à son coup d’essai. En mars, il avait également porté plainte pour une agression à la bombe de gaz lacrymogène… inventée.