Attentat évité de Villejuif: Les deux suspects arrêtés dimanche restent en garde à vue

POLICE Les gardes à vue sont prolongées pour ces deux hommes soupçonnés d'être des complices de Sid Ahmed Ghlam, étudiant soupçonné d'assassinat et d'un projet d'attentat...

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors de sa conférence de presse dimanche 7 juin sur l'arrestation de deux suspects dans l'enquête sur le projet d'attentat à Villejuif.
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors de sa conférence de presse dimanche 7 juin sur l'arrestation de deux suspects dans l'enquête sur le projet d'attentat à Villejuif. — AFP

Leur garde à vue pourrait durer jusqu'à 96 heures. Les garde à vue de deux hommes ont été prolongées mardi dans l'enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier Sid Ahmed Ghlam, l'étudiant algérien soupçonné d'un assassinat et d'un projet d'attentat en avril à Villejuif, a-t-on appris de source judiciaire. Ces deux hommes, âgés de 35 et 38 ans, ont été interpellés dimanche à l'aube à Limay et Mantes-la-Jolie, deux villes voisines des Yvelines.

Sid Ahmed Ghlam aurait bénéficié de complicités

Les enquêteurs ont la conviction que Sid Ahmed Ghlam n'a pu agir seul, notamment pour mettre la main sur l'important arsenal qui avait été retrouvé dans son véhicule et dans sa chambre d'étudiant à Paris: quatre fusils d'assaut kalachnikov, un pistolet, un revolver, des gilets pare-balles et des gilets tactiques etc... Le procureur de Paris François Molins avait affirmé que Sid Ahmed Ghlam était «passé à l'acte à la suite d'instructions données vraisemblablement de Syrie et pour le compte d'organisations terroristes», après avoir bénéficié «d'une aide qui s'est traduite par des véhicules et de la fourniture d'armement».

Attentat de Villejuif: Sid Ahmed Ghlam avait été signalé par son frère de neuf ans

Soupçonnés d'avoir fourné des gilets par-balles

L'étudiant algérien de 24 ans, mis en examen et écroué depuis le 24 avril, est soupçonné de l'assassinat d'une femme à Villejuif et d'un projet d'attentat djihadiste contre au moins une église de cette ville du Val-de-Marne. Les deux hommes en garde à vue, jamais condamnés dans des affaires de terrorisme, sont soupçonnés d'avoir fourni des gilets pare-balles à Sid Ahmed Ghlam, a indiqué une source policière. Ils étaient également soupçonnés de vouloir quitter la France quand ils ont été arrêtés par les policiers de Sous-direction antiterroriste (SDAT), ont indiqué la source policière et une source proche du dossier.

Un autre suspect arrêté en avril

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont saisi du matériel téléphonique et informatique, notamment une quinzaine de téléphones portables, a précisé la source policière. Fin avril, un premier suspect, un homme de 33 ans, avait été mis en examen et écroué. Son ADN avait été retrouvé dans une voiture volée et garée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), où avait été entreposé au moins une partie de l'arsenal découvert en possession de Sid Ahmed Ghlam, lors de son arrestation le dimanche 19 avril. Son ADN a aussi été découvert sur un gilet pare-balles en possession de l'étudiant algérien. Selon la source policière, les deux suspects arrêtés dimanche sont des connaissances de ce possible complice.