Changer d’orientation en juillet, c'est possible pour les meilleurs bacheliers

EDUCATION Ce lundi, Najat Vallaud-Belkacem a rappelé que 10% des lauréats au bac les plus brillants de chaque lycée ont le droit à un réexamen de leurs vœux en juillet...

Delphine Bancaud
— 
Najat Vallaud-Belkacem le 8 juin 2015 au lycée Romain-Rolland de Goussainville.
Najat Vallaud-Belkacem le 8 juin 2015 au lycée Romain-Rolland de Goussainville. — MARTIN BUREAU / AFP

Tout n’est pas joué avant le bac. Obtenir d’excellentes notes lors des épreuves peut ouvrir de nouvelles portes et permettre un autre choix d’orientation. C’est le message qu’a voulu passer la ministre de l’Education, ce lundi, aux élèves du lycée Romain-Rolland de Goussainville (Val-d’Oise) en leur parlant du dispositif « meilleurs bacheliers », lancé discrètement l’an dernier.

Vers des filières sélectives

Son principe : offrir aux 10 % des meilleurs bacheliers de chaque filière (L, ES, S, technologique et professionnelle) de chaque lycée un droit d’intégrer une filière sélective de l’enseignement supérieur (BTS, DUT, classe prépa…). « Un élève qui s’est vu refuser une place en DUT via le système APB (admission post-bac), mais qui figure parmi les meilleurs lauréats de son lycée pourra ainsi intégrer cette filière », explique l’entourage de Najat Vallaud-Belkacem.

223 bénéficiaires l’an dernier

Ce lundi matin, les élèves de bac professionnel bac pro gestion-administration participent à une séance de révisions, lorsqu’ils reçoivent la visite de la ministre. « Vous connaissez le dispositif ? », interroge-t-elle. Les élèves répondent plutôt par la négative. Et pour cause : l’an dernier, ce système a été lancé trop tardivement, ce qui n’a pas permis de le faire connaître aux lycéens. Du coup, si 6.000 bacheliers répondaient aux critères de réussite, seulement 1.200 d’entre eux ont finalement pu être contactés mi-juillet par le rectorat et ont reçu une nouvelle proposition d’orientation. « Finalement 223 d’entre eux ont changé d’orientation et ainsi intégré une filière sélective à laquelle ils n’auraient pas eu accès autrement », indique la ministre.

Cette année, pas question d’en rester là. Pour donner à davantage de lycéens la possibilité de s’orienter vers une filière plus ambitieuse que celle qu’ils avaient choisie, ces derniers seront contactés plus tôt (dès le 7 juillet). Autre nouveauté : outre les classes prépa, les BTS et les DUT, d’autres filières seront accessibles désormais aux brillants lauréats. Ce sera le cas de certains IEP de province, le réseau des INSA, celui des Polytech et certaines écoles de commerce (Edhec, ESC Troyes, EM Normandie).

« Elargir le spectre des possibles »

« Ce serait dommage de passer à côté », insiste la ministre, avant d’aller porter la bonne parole dans d’autres classes. De leur côté les élèves ont l’air plutôt convaincus. C’est le cas de Yousra : « Je trouve ça bien de pouvoir changer d’orientation en cours de route », commente-t-elle. « Ça peut être intéressant pour les élèves moyens toute l’année qui se révèlent au bac. Ceux qui n’ont pas été pris en BTS sur dossier peuvent au final s’inscrire dans la filière », estime aussi Imthiyaz. En revanche, Ranjith est plus sceptique : « Les élèves ont déjà décidé ce qu’ils voulaient faire au moment d’émettre des vœux sur APB, je les vois mal changer d’avis ».

Mais pour le proviseur du lycée Romain Rolland, Armand Riquier, ce dispositif a une autre vertu : « Il permet de lutter contre l’autocensure. Car quand on est lycéen d’une banlieue lointaine, on a du mal à se projeter dans certaines filières, comme une classe prépa par exemple. Ce dispositif permet d’élargir le spectre des possibles ».