Paris: Situation tendue entre force de l'ordre et migrants devant l'église Saint-Bernard

EXPULSIONS Ils ont été évacués mardi d'un campement situé sous le métro aérien La Chapelle au nord de Paris...

Coline Clavaud-Mégevand et Thibaut Le Gal

— 

Des policiers conduisent des migrants vers une station de métro après les avoir expulsés de leur campement près de l'église Saint-Bernard.
Des policiers conduisent des migrants vers une station de métro après les avoir expulsés de leur campement près de l'église Saint-Bernard. — THOMAS SAMSON / AFP

La police était en cours d’intervention ce vendredi autour du square de l’église Saint Bernard, dans le 18e arrondissement de Paris, afin d’évacuer les migrants majoritairement soudanais et érythréens qui s’étaient installés là après le démantèlement de leur camp de La Chapelle.

Selon un militant questionné par l’AFP, les migrants étaient une centaine dans le square, et jusqu’à 250 jeudi dans la soirée sur la place, où une distribution de vivres avait été organisée.

Le lieu de l’expulsion devant l’église Saint Bernard (18e arrondissement). - Capture d’écran Google Map


D’après Diaollo, un Ghanéen de 21 ans interrogé par notre journaliste sur place, « Les CRS sont arrivés vers 13h et ont bousculé [les migrants] ». « Ils étaient énervés et ils nous ont conduits vers le métro », poursuit-il.

Christine, militante de l’association Entraide Citoyenne, a confirmé à 20 Minutes que les forces de l’ordre ont ensuite emmené les migrants jusqu’au métro La Chapelle, sur la ligne 2, et les ont fait monter dans les rames dans une grande confusion. Une personne a alors tiré le signal d’alarme dans la rame selon Christine, celle-ci devant alors être évacuée.

Une situation « tendue »

Après un moment de flottement, les forces de l’ordre ont conduit les migrants au pied du métro aérien, tandis que des associatifs et soutiens aux militants scandaient « solidarité avec les immigrés ». Plusieurs migrants ont été mis à terre par les policiers, l’un d’eux devant être pris en charge par les pompiers selon des témoins. Un autre a été menotté et emmené dans un véhicule, raconte Christine.

 

Une riveraine interrogée par 20 Minutes a décrit la situation à ce moment-là comme « tendue », les automobilistes bloqués par l’attroupement rajoutant au chaos.

 
L’attroupement en bas du métro aérien (station La Chapelle). - Julie Andrieux pour 20 Minutes


Selon notre journaliste sur place, certains militants ont décidé de conduire les migrants dans un gymnase proche, afin qu’ils y soient hébergés. Le cortège formé des migrants, de leurs soutiens mais aussi de journaliste et d’élus, a été escorté de façon musclée le long du boulevard de La Chapelle.

Le groupe d’une soixantaine de personnes (dont une trentaine de migrants) s’est arrêté devant le centre sportif Micheline Ostermeyer, dont les grilles ont été rapidement fermées.

 

 

Une trentaine de migrants sont toujours assis sur les marches du centre. Christine a expliqué à 20 Minutes que ce soir, elle ira avec l’association Entraide Citoyenne « leur porter des sandwichs ».

«C'est normal en tant qu'élu d'être présent,  par solidarité pour ceux qui ne bénéficient pas d'hébergements», explique le secrétaire national du parti du gauche, Eric Coquerel. «Il devrait y avoir une solution pour tout le monde. Nous souhaitons interpeller également la préfecture et la mairie de Paris».