Il n'y a «pas de canicule» actuellement mais le gouvernement est «vigilant», selon Marisol Touraine

CHALEUR La ministre de la Santé et des Affaires sociales s'est toutefois dite «très vigilante» et «prête» à déclencher le plan canicule si besoin...

B.D. avec AFP

— 

Illustration chaleur Toulouse.
Illustration chaleur Toulouse. — F. Lancelot / SIPA

Il n'y a finalement pas de «mesures canicule» spécifiques mises en place ce vendredi. «Il n'y a pas de canicule» actuellement même s'il fait chaud, a assuré ce vendredi matin la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine, qui se dit toutefois «très vigilante» et «prête» à déclencher le plan canicule si besoin.

Interrogée sur le pic de chaleur que connaît le pays, la ministre a rappelé sur iTÉLÉ que la canicule se définissait par une «chaleur qui dure et qui ne tombe pas la nuit». «Nous n'en sommes pas du tout là», a déclaré Marisol Touraine, attendue dans la matinée dans une maison de retraite pour «échanger», «rassurer» et «marquer la mobilisation du ministère et du gouvernement» à ce sujet.

«Prête à déclencher» le plan canicule si besoin

Pour autant, la ministre s'est dit «très vigilante» et «prête à déclencher» le plan canicule si besoin, assurant que les services concernés étaient «mobilisés» pour faire face à cette éventualité. «Nous sommes en veille depuis le début du mois de juin», a-t-elle déclaré, et «nous prendrons toutes les décisions qui s'imposeront».

En cas de canicule, l'important, c'est «l'information, la mobilisation de tous les acteurs», a poursuivi la ministre, en citant les maisons de retraite, les municipalités, mais aussi la «mise à disposition d'un numéro de téléphone» ou les recommandations faites par exemple aux ouvriers des chantiers «de ne pas travailler aux heures les plus chaudes de la journée».

«Signaux d'alerte»

A la question de savoir si une catastrophe comme la canicule de 2003, au cours de laquelle 15.000 personnes étaient décédées en France, ne pouvait pas se reproduire, la ministre a répondu qu'il fallait «toujours être extrêmement prudent». «Les signaux d'alerte sont traités extrêmement rapidement, nous avons les moyens d'intervenir vite», a assuré Marisol Touraine.

Le niveau 1 du plan canicule, en vigueur depuis le 1er juin, correspond à l'activation d'une veille saisonnière, avec un dispositif d'information préventive. Les trois autres niveaux (avertissement chaleur, alerte canicule et mobilisation maximale) sont activés en cas de passage en vigilance jaune, orange et rouge sur la carte de Météo-France.

La canicule se définit comme un niveau de très fortes chaleurs le jour et la nuit pendant au moins trois jours consécutifs.