Tatouages, moustaches... Beauvau envisage d'instituer une «fashion police» dans ses rangs

SECURITE Un document de travail que « 20 Minutes » s’est procuré prévoit de rappeler les règles en matière de « look »…

William Molinié

— 

Illustration police nationale
Illustration police nationale — Alexandre GELEBART/20MINUTES

Trop de policiers mal peignés ? Les cadres de la police nationale réfléchissent à une note à envoyer dans les services pour rappeler aux fonctionnaires leur obligation de bonne présentation devant la population. Dans ce document de travail, que 20 Minutes s’est procuré, Beauvau relève que de « plus en plus de policiers, notamment les plus jeunes, arborent des tatouages, la barbe et autres accessoires ou fantaisie ».

La hiérarchie policière veut donc s’assurer que le « look » des policiers ne « préjudicie pas à [leur] sécurité, et ne contrevienne pas non plus aux obligations déontologiques ». Cette note, dont l’existence a été révélée par RTL, n’a pas encore été signée ni envoyée dans les commissariats. Voici les principales recommandations envisagées à ce stade de la réflexion…

Tatouages

Pour les autorités policières, les tatouages ne sont pas incompatibles avec l’exercice du métier de policier. En revanche, ils ne peuvent pas être admis « dès lors qu’ils constituent un signe manifeste d’appartenance à une organisation politique, syndicale, confessionnelle ou associative ou s’ils portent atteinte aux valeurs fondamentales de la Nation. »

Si un policier porte un tatouage « visible du public », il ne doit pas « dénaturer ou compromettre la relation […] avec les usagers ». Si tel est le cas, le fonctionnaire est prié de le masquer, même s’il est sur l’avant-bras et qu’il porte une chemise à manches courtes.

Cheveux, barbe, moustaches

La coupe de cheveux, la barbe ou les moustaches doivent être « soignées et entretenues, sans fantaisie ». Les policiers ont l’obligation de pouvoir porter leurs « coiffes de service » en toutes circonstances. En clair, policiers, coupez vos crêtes…

Port de lunettes

Les lunettes de soleil ne sont autorisées que « si elles sont discrètes » et qu’elles ne « nuisent pas à la considération portée à la police nationale ». Elles ne doivent pas non plus présenter un danger en cas d’intervention musclée.

Bijoux et piercing

Boucles d’oreilles, piercings, anneaux, métaux incrustés, implants sous la peau et autres pourraient être formellement interdits, pour des questions de sécurité.

Vouvoiement et courtoisie

Ce document de travail rappelle aussi que les policiers et les gendarmes doivent adopter le vouvoiement, qu’ils sont « au service de la population » et que leur « relation avec celle-ci est empreinte de courtoisie ».

Mots-clés :