Cinq conseils pour trouver un logement étudiant sans se ruiner

IMMOBILIER Alors que la course aux logements commence, voici quelques astuces pour payer moins cher…

Claire Chédeville

— 

La principale période de recherche de logement s'étale de juin à septembre.
La principale période de recherche de logement s'étale de juin à septembre. — Ken Ritchie/AP/SIPA

A l’approche des vacances d’été, les milliers d’étudiants français qui vont quitter le domicile familial dès la rentrée prochaine sont déjà en quête de leur futur logement. 20 Minutes vous livre les conseils d’experts pour trouver rapidement sans trouer son porte-monnaie.

Envoyer son dossier avant les autres

« N’attendez pas et commencez dès maintenant à envoyer des dossiers ! », s’exclame Richard Horbette, directeur du site locservice.fr, spécialiste de la location entre particuliers. C’est fin juin que va démarrer le premier « boom ». « Il y a les premiers résultats d’écoles de commerce et après ça explose, début juillet, avec les résultats du bac », poursuit-il. « Les logements avec le meilleur rapport qualité prix, c’est maintenant qu’on les trouve », confirme Annick Domenichini, responsable du Club étudiant de l’Ile-de-France.

Solliciter toutes les aides

Pour éviter des frais supplémentaires, tels que les frais d’agence, les étudiants peuvent passer directement par une plateforme de location entre particuliers ou par le bureau des étudiants afin d’entrer directement en relation avec des bailleurs situés à proximité de leur futur établissement . Autre astuce : « Faire une demande d’APL (aide pour le logement) assez rapidement est aussi ingénieux car ce n’est pas rétroactif », insiste Maxime Desmaris, élu du Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) pour l’association étudiante Fage.

Bien cibler ses recherches

Il est aussi important de bien adapter son budget à la ville où l’on souhaite s’installer. « Grâce au locamètre mis en place par locservice.fr, les étudiants peuvent par exemple comparer le prix des logements selon les villes et leur budget, cela permet de cibler un secteur plus rapidement », explique le responsable du site Richard Horbette.

Eviter les mauvaises surprises

« Il y a plusieurs points clés à ne pas négliger quand on choisit un appartement », souligne la responsable du Club étudiant. Il est important de faire attention à la demande de dépôt de garantie. Le dépôt demandé par le bailleur d’un bien « nu » ne peut être supérieur à 1 mois de loyer hors charge, tandis que pour un meublé il est illégal de demander plus de deux mois de loyer. « On m’avait demandé de donner quatre mois de loyer d’avance pour un meublé ! J’ai refusé », raconte Aline, étudiante à la faculté de droit de Nanterre. Plusieurs détails sont également à vérifier très consciencieusement, comme l’état des équipements (sanitaire et ménager), du mobilier (si meublé) et des prises lors de l’état des lieux, ainsi que les relevés des compteurs d’électricité et de gaz avant la souscription du nouvel abonnement.

Choisir un logement partagé

« On a énormément de demandes de colocations cette année. Pour tout vous dire on n'a presque plus de chambres disponibles », raconte Marie Leclerc, responsable de la communication de L’Auberge, agence de colocation. Avec cette solution, chacun bénéficie d’une chambre et les espaces de vie sont plus confortables et surtout beaucoup moins chers. « Choisissez plutôt de grandes parties communes, quitte à avoir une chambre plus petite, et vivez avec des gens que vous ne connaissez pas », conseille Marie Leclerc. Dans les grandes villes étudiantes, il existe des événements et des lieux dédiés à la rencontre de colocataires (Coloc’dating du Crous de Paris, Cafés Coloc' du Crij à Toulouse ou Rennes, etc.). Autre solution : louer une chambre chez l’habitant permet aussi de faire des économies. « Depuis peu il existe des chambres contre services cela permet à l’étudiant de vivre chez une famille gratuitement en échange de baby-sittings », explique Annick Domenichini.