La Croix-Rouge reconnaît des dépassements horaires, «pour sauver des vies»

SOCIAL Dans un communiqué, l'association explique que «l'urgence ne prévient pas»...  

20 Minutes avec AFP

— 

Equipiers secouristes de la Croix-Rouge francaise- 21/06 /2013
Equipiers secouristes de la Croix-Rouge francaise- 21/06 /2013 — GILE MICHEL/SIPA

La Croix-Rouge, épinglée selon Le Parisien par l'Inspection du travail pour des heures supplémentaires non payées à ses salariés, s'est défendue dimanche, assurant que cette situation est liée à sa mission, «sauver des vies».

La Croix-Rouge française (CRF) «est malheureusement confrontée depuis de nombreuses années» à la question des heures supplémentaires, reconnaît l'organisation dans un communiqué.

«En matière d'urgence et de secourisme, de réponses aux catastrophes en France comme à l'international, nos missions demandent une grande mobilisation et disponibilité de nos salariés et bénévoles, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit» et «malheureusement, l'urgence ne prévient pas.» Mais «en aucun cas il n'y a volonté» de «porter préjudice» aux salariés, «qui accomplissent un travail considérable au quotidien», affirme la CRF.

«Loin de confondre activité salariée et bénévolat», la CRF travaille «pour trouver des solutions» permettant «à la fois de continuer d'assurer les missions pour lesquelles la population a besoin de nous, tout en protégeant nos salariés», assure-t-elle, évoquant un «rendez-vous avec le ministère du Travail pour apporter des réponses efficaces et durables à cette question».

3.800 infractions en 2014

Selon Le Parisien dimanche, l'inspection du travail, alertée par le syndicat CFE-CGC, a relevé 3.800 infractions en 2014, dont 3.300 concernent des journées de travail supérieures à 10 heures. D'autres infractions concernent «des dépassements de la durée hebdomadaire maximale» (48 heures selon la loi) ou une «privation du repos quotidien minimal» soit onze heures entre deux périodes travaillées.

Ces infractions sont sanctionnées 750 euros chacune par le Code du travail, soit une amende de plus de 2,8 millions d'euros. En incluant la rémunération due aux salariés et leur indemnisation au titre du préjudice subi, la facture pourrait atteindre 11 millions d'euros pour la Croix-Rouge, selon Le Parisien.

Des soucis financiers

Les difficultés financières de la CRF évoquées par le quotidien constituent un «sujet différent» des heures supplémentaires et «sont liées à une baisse des financements» dans un contexte où «l'activité de la Croix-Rouge française est au contraire en hausse», souligne l'organisation.

Défendant son image de marque, la CRF appelle à «une réelle vigilance dans le fait de porter préjudice à une organisation dont l'importance de l'engagement n'est plus à démontrer».

La CRF a été fondée en 1864. Cette association d'utilité publique compte aujourd'hui 18.000 salariés et 56.000 bénévoles selon son site internet. Elle gère quelque 600 établissements (urgence, secourisme, action sociale, formation aux métiers de la santé).