Emmaüs s’en prend à Robert Ménard dans une nouvelle campagne

SOCIETE L’association revendique « l’accueil inconditionnel » après la polémique sur le fichage ethnique…

A.Ch.

— 

La campagne d'Emmaus visant Robert Ménard.
La campagne d'Emmaus visant Robert Ménard. — @LeHuffPost

« Que l’on s’appelle Ali, Ivan, Mustafa, José et même Robert… de Béziers ou d’ailleurs » : le mouvement Emmaüs, fondé par l’Abbé Pierre, s’en prend ouvertement au maire de Béziers (Hérault) quelques semaines après la polémique sur le fichage ethnique dans les écoles biterroises. L’affiche a été dévoilée ce vendredi par le Huffington Post.

« Dans la plus pure tradition des coups de gueule de l’Abbé Pierre »

« Cette riposte du mouvement Emmaüs face à un comportement indigne d’un élu de la République s’inscrit dans la plus pure tradition des coups de gueule de l’Abbé Pierre », explique Thierry Kuhn, le président d’Emmaüs France. Selon lui, « des bancs sous cages d’Angoulême à l’instrumentalisation des repas servis à la cantine, les dérapages du personnel politique sont légion alors même que les signes de dislocation de la société sont bien réels ».

Au début du mois, Robert Ménard avait affirmé qu’il y avait « 64,6 % d’élèves de confession musulmane dans les écoles » de sa ville, provoquant ainsi une vive polémique sur le fichage ethnique, interdit en France. L’élu a répondu sur Twitter à la campagne d’Emmaüs le visant.