Expulsions, corps radioactifs, expérience scientifique… Cinq anecdotes méconnues sur le Panthéon

CÉRÉMONIE Quelques infos insolites sur le monument et les corps qui y reposent...

T.L.G.

— 

Le Panthéon à Paris le 16 février 2010
Le Panthéon à Paris le 16 février 2010 — Loic Venance AFP

Hommage national pour quatre résistants. Les cercueils de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Germaine Tillion et Jean Zay font leur entrée au Panthéon ce mercredi. Ils rejoindront d’autres « Grands hommes », dont deux femmes, entrés entre 1791 et 2002. 20 Minutes a sélectionné cinq infos que vous ignorez sans doute sur le monument.

Expulsés du Panthéon

Entrer au Panthéon est un hommage de la Nation. Mais l’illustre repos n’est pas forcément éternel. Honoré Gabriel Riqueti, plus connu sous le nom de Mirabeau, en sait quelque chose. Le corps du révolutionnaire est accueilli en grande pompe en avril 1791. Premier entré, il sera le premier sorti.

Trois ans plus tard, sa dépouille est exclue du monument, après la découverte de sa correspondance avec le roi. Le corps de Marat entre à sa place. « Que le vice, que l’imposture fuient du Panthéon. Le peuple y appelle celui qui ne se trompa jamais », vibre le peintre David dans son discours. Accusé de trahison, le montagnard sera quelques mois plus tard lui aussi « dé-panthéonisé ». Le marquis de Dampierre et Louis-Michel Lepeltier subiront un rôle semblable.

Corps radioactif

Le 20 avril 1995, le corps de Marie Curie est transporté au Panthéon. Face aux risques de radiation, quelques précautions sont prises pour le caveau de la double lauréate du Prix Nobel (Physique et Chimie). Son « corps est pratiquement intact, voire presque momifié en raison des rayonnements qu’elle a reçus durant ses expériences. Le cercueil est d’ailleurs enveloppé de plusieurs couches de plomb », explique Pascal Monnet, administrateur du Panthéon à FranceTv Info.

Le Panthéon privé de Soldat inconnu

Le monument aurait pu accueillir le Soldat inconnu. Dès 1916, l’idée est lancée par François Simon, président du Souvenir Français de Rennes. « Pourquoi la France n’ouvrirait-elle pas les portes du Panthéon à l’un de nos combattants ignorés, mort bravement pour la patrie, avec, pour inscription sur la pierre, deux mots : "un soldat" ; deux dates :"1914-1917" ». Les députés s’accordent le 12 septembre 1919 pour y déposer « un déshérité de la mort ». Mais les associations d’anciens combattants souhaitent que le Soldat inconnu soit inhumé dans un lieu plus « militaire ». L’Arc de Triomphe sera finalement sélectionné.

Le pendule de Foucault

Le Panthéon a permis de montrer que la Terre tourne sur elle-même. En 1851, le physicien Léon Foucault imagine et réalise son fameux pendule. Grâce aux oscillations, l’inventeur espère révéler les effets de rotation de la Terre. Louis Bonaparte s’y intéresse : un pendule de 11 mètres est construit. L’expérience doit être visible de tous les Parisiens ; le Panthéon est choisi. « Sous les voûtes élevées de certains édifices le phénomène devait prendre une ampleur magnifique. Nous avons trouvé dans le Panthéon un emplacement merveilleusement approprié à l’installation d’un pendule gigantesque », écrit Foucault. Le dispositif est expérimenté le 31 mars 1851.

Retrouvailles entre ennemis

Pierre Brossolette entre ce mercredi au Panthéon. Son corps rejoindra un ancien rival de la Résistance, lui aussi « panthéonisé », Jean Moulin. Les deux figures de la Résistance se détestaient, au point que Jean Moulin lui montra ses fesses lors d’une dispute en avril 1943, rapporte Le Monde. Les deux hommes reposeront pourtant bientôt ensemble pour l’éternité. Le Panthéon accueille déjà deux autres célèbres « ennemis » : Voltaire et Rousseau, dont les caveaux se font face à l’entrée du bâtiment.