Nantes: Un délinquant sexuel mis en examen après avoir suivi deux adolescents

FAITS DIVERS L'homme, âgé de 27 ans, a déjà condamné pour des agressions sur des mineurs...

Christophe Quelais

— 

Illustration de la police.
Illustration de la police. — WITT/SIPA

En état de récidive. Un homme de 27 ans, déjà condamné pour agressions sexuelles sur mineurs, a été mis en examen ce lundi à Nantes pour avoir suivi deux collégiens et s'être introduit dans le domicile de l’un d’entre eux. Le parquet a pris des réquisitions de placement en détention de cet individu, jugé « très dangereux ». Le suspect est poursuivi pour « vol aggravé », « violation de domicile » et « violences », a précisé le parquet.

Les deux collégiens – qui sortaient de leur établissement scolaire vendredi midi à Nantes - ont été dépassés par un homme qui les « regardait fixement », selon la même source. Les enfants, âgés de « 12-13 ans », ont alors décidé de bifurquer dans un cimetière, en se disant « s’il ne s’intéresse pas à nous, il va continuer » son chemin, a indiqué le magistrat. Mais l’individu avait continué sa filature dans le cimetière, observant à distance les collégiens qui ont pris peur et tenté de le semer en passant par-dessus le mur d’enceinte. L’homme les a suivis jusque devant le domicile de l’un d’entre eux, où ils se sont réfugiés.

Des clés et des sacs à dos d'enfants

Le lendemain, le même individu, qui s’est muni de gants, se présente devant l’une des maisons, contiguës, des collégiens, et ouvre le portillon. Repéré par les parents, il prend la fuite avant d’être rapidement interpellé par les policiers. L’enquête a révélé qu’il avait dérobé les clés de cette maison après y avoir pénétré « probablement après l’épisode du cimetière », selon le parquet.

La perquisition menée à son domicile a permis d’y trouver « des clés qui ne sont pas les siennes » ainsi que deux sacs à dos d’enfants, un moyen pour lui « de trouver des documents pouvant permettre de déterminer le domicile d’un enfant ou d’avoir un jeu de clés », a expliqué le magistrat. « Ce n’est pas quelqu’un qui est dans le délire, il est bien ancré dans la réalité », a-t-il poursuivi.

Le suspect avait été condamné une première fois à deux ans d’emprisonnement en 2009 pour agression sexuelle sur mineur de 15 ans et des vols commis en 2008, selon le même mode opératoire. Après sa libération, « il va recommencer (…) : voler, s’introduire chez les gens, toujours dans la même perspective car il est attiré exclusivement par les jeunes garçons ». Interpellé fin 2010, il est condamné à deux ans d’emprisonnement. Condamné une troisième fois pour vols, il avait été libéré il y a un peu plus d’un an.