Nancy: 20 clients d’un hôtel évacués en pleine nuit à cause d’un canular

NANCY Un homme a appelé l'hôtel en se faisant passer pour la police...

M.C.

— 

Illustration d'un client entrant dans un hôtel. Le 09 03 2009
Illustration d'un client entrant dans un hôtel. Le 09 03 2009 — G. VARELA / 20 MINUTES

La blague n’a fait rire personne, hormis peut-être son auteur. Dans la nuit de samedi à dimanche, 20 clients d’un hôtel du centre-ville de Nancy se sont retrouvés sur le trottoir après un canular téléphonique de très mauvais goût, rapporte L’Est républicain.

A 3h30 du matin, le réceptionniste reçoit un appel d’un homme se faisant passer pour un policier. L’employé, rompu aux canulars nocturnes, ne se méfie pourtant pas car son interlocuteur lui demande de vérifier le numéro qui s’affiche sur son téléphone: il s’agit bien de celui de l’hôtel de police de Nancy.

«Culpabilité, honte et peur»

«A partir de là, le réceptionniste a été persuadé d’avoir affaire à la police», raconte l’un des gérants de l’hôtel, cité par le quotidien. Suivant les instructions du mauvais plaisant, qui prétend qu’un individu dangereux se cache dans l’une des chambres de l’établissement, il se rend dans les étages avec un extincteur et déclenche l’alarme incendie.

La vingtaine de clients qui sont réveillés par le bruit se retrouvent sur le trottoir, devant l’hôtel. Ce n’est que quand son interlocuteur lui ordonne de faire mettre tout le monde à plat ventre et de leur souhaiter une bonne nuit que l’employé réalise qu’il s’agit d’un canular.

La direction a présenté ses excuses aux clients et déposé plainte après cette blague qui n’a pas du tout fait rire l’employé piégé, «en larmes» au moment où il a prévenu sa hiérarchie. «Il éprouve un mélange de culpabilité, de honte et de peur», a expliqué l’un des responsables de l’hôtel à L’Est républicain. Une enquête va être ouverte pour déterminer comment le mauvais plaisant a pu utiliser le numéro de la police.