Un patrouilleur français sauve 297 migrants à 300 km des côtes italiennes

EUROPE Aucun passeur n'a été identifié dans l'immédiat...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo fournie par l'ONG MOAS (Migrant Offshore Aid Station) montrant des migrants à bord d'un bateau en Méditerranée
Photo fournie par l'ONG MOAS (Migrant Offshore Aid Station) montrant des migrants à bord d'un bateau en Méditerranée — Jason Florio MOAS

Un patrouilleur de la Marine nationale, engagé dans le cadre de l'opération Triton mise en place par l'UE en Méditerranée, a sauvé en mer mercredi 297 migrants naufragés à quelque 300 km au sud-est de l'Italie, a-t-on appris auprès de la préfecture maritime. Parmi les naufragés recueillis à bord du «Commandant Birot» se trouvaient 51 femmes et enfants, a-t-on précisé de même source.

Aucun migrant n'était gravement blessé, même si des soins ont dû être prodigués à 16 d'entre eux. Les naufragés se trouvaient à bord d'un navire de pêche d'une vingtaine de mètres de long. La navire français avait reçu en fin de matinée d'un centre de coordination du sauvetage italien l'ordre de faire route vers une position en mer, à 160 miles nautiques, soit 296 km, au sud-est des côtes italiennes, a encore poursuivi la préfecture maritime.

Les femmes et les enfants d'abord

Le navire de pêche «supposé en détresse», baptisé Afandina, avait auparavant été repéré par un avion italien lui aussi engagé dans l'opération Triton. Arrivé sur position en début d'après-midi, l'équipage du «Commandant Birot» a secouru les migrants naufragés, en commençant par les femmes et les enfants, a-t-on précisé de même source. A bord du navire, les 297 naufragés -parmi lesquels aucun passeur n'avait été identifié dans l'immédiat- ont reçu de l'eau et de la nourriture.

Le «Commandant Birot» va faire route vers un port de destination qui lui sera indiqué par les autorités italiennes. Le 2 mai dernier, ce navire français avait déjà secouru 217 naufragés près des côtes libyennes. L'opération Triton, coordonnée par Frontex, l'agence européenne pour la surveillance des frontières, a été lancée en novembre 2014 pour aider l'Italie à contrôler ses frontières maritimes et récupérer les migrants sur des embarcations en perdition.

La Commission européenne a annoncé le 23 avril la décision de prolonger Triton jusqu'à la fin 2015, en lui allouant un budget de 18 millions d'euros.