Affaire Kerviel: «C'est à la justice de décider», affirme Michel Sapin

FAITS DIVERS Le ministre a également dit que Jérôme Kerviel est «jusqu'à présent coupable»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des Finances Michel Sapin le 1er avril 2015 à Paris
Le ministre des Finances Michel Sapin le 1er avril 2015 à Paris — ERIC PIERMONT AFP

Le ministre des Finances Michel Sapin a estimé que c'était «à la justice de décider» d'éventuelles suites à donner aux révélations de Mediapart au sujet de l'affaire Kerviel, qui «jusqu'à présent» est «coupable» mais «a le droit de saisir la justice, y compris pour une révision de son procès».

Les dirigeants de la Société Générale étaient au courant des agissements de Jérôme Kerviel, affirme, selon Mediapart, la policière chargée de l'enquête, un témoignage qui apporte un éclairage nouveau et a amené l'avocat de l'ancien trader à demander l'annulation de sa condamnation.

«Méfiez-vous des rebondissements spectaculaires»

«Méfiez-vous des rebondissements spectaculaires (...) On peut affirmer spectaculairement, cela ne veut pas dire démontrer», a déclaré mercredi Sapin lors de l'émission «Questions d'Info» LCP-France Info-Le Monde-AFP.

«C'est la justice qui décidera sur ce point comme sur d'autres. Jusqu'à présent, la justice a décidé que Kerviel est coupable. Je veux bien qu'on fasse passer un coupable pour un héros mais aujourd'hui, Kerviel n'est pas un héros, c'est un coupable qui a commis des actes gravissimes», a poursuivi le ministre des Finances.

«Pour le reste, tout justiciable a le droit, s'il le pense nécessaire, de saisir la justice, y compris pour une révision de son procès», a ajouté Sapin. Kerviel s'estime «blanchi» par ce témoignage, tandis que le patron de la Société générale, Frédéric Oudéa, a assuré que l'article de Mediapart n'apportait «aucun fait nouveau» et a évoqué une «instrumentalisation» du dossier.