Jeannette Bougrab attaque violemment Luz

SOCIETE Elle fustige la décision du dessinateur de ne plus vouloir caricaturer le prophète Mahomet...

A.B.

— 

Jeannette Bougrab, affectée par le décès de son compagnon, Charb, vient de publier son livre,
Jeannette Bougrab, affectée par le décès de son compagnon, Charb, vient de publier son livre, — T.SAMSON / AFP

La décision de Luz de ne plus caricaturer le prophète Mahomet n’est pas du goût de Jeannette Bougrab. L’ex-secrétaire d’Etat à la Jeunesse de Nicolas Sarkozy, qui partageait la vie de Charb, décédé durant les attentats de janvier à Paris, s’en prend violemment au dessinateur Luz, dans un entretien accordé au journal Valeurs actuelles, à l’occasion de la sortie de son livre Maudites (Albin Michel).

« Un médiocre, un usurpateur »

« Moi, contrairement à Luz, je continue à parler du Prophète », déclare-t-elle quelques jours après l’annonce de la décision de Luz, qu’elle accuse d’être « un médiocre, un usurpateur ». « Lui écrit du XIe arrondissement. Moi, je suis allée dans la vallée de Swat », poursuit-elle encore. La jeune femme s’est rendue au Pakistan, malgré les recommandations du Quai d’Orsay, afin d’y tourner un documentaire sur les filles interdites d’école. Là-bas, elle a notamment rencontré le bourreau de la jeune Malala, Prix Nobel de la paix.

Très affectée par la mort de son compagnon et blessée par les critiques dont elle a fait l’objet après avoir révélé sa relation avec Charb, Jeannette Bougrab charge encore un peu plus Luz, qui selon qui il ne doit d’avoir la vie sauve qu’à « une méchante gueule de bois », déclarant qu'« on a connu mieux comme héros ».

Luz : « Mahomet ne m’intéresse plus »

Fin avril, Luz annonçait ne plus vouloir dessiner le prophète. « Mahomet ne m’intéresse plus », déclarait-il dans un entretien accordé aux Inrockuptibles, lui qui publiera le 21 mai chez Futuropolis un album intitulé « Catharsis », dans lequel il revient sur les événements, raconte son quotidien dévasté et ses doutes sur son envie de dessiner.

Mais Jeannette Bougrab estime que par cette décision de ne plus caricaturer Mahomet, Luz « finit le job » des frères Kouachi et de Coulibaly.

Elle quittera prochainement la France pour Helsinki, la capitale finlandaise, où elle a décroché un poste de conseiller culturel à l’ambassade de France.