Djihad au Mali: Gilles Le Guen condamné à huit ans de prison ferme

JUSTICE Il était poursuivi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste...

A.B. avec AFP

— 

Dans une vidéo postée le 9 octobre 2012 sur le site de l'agence Mauritanian Sahara Media Agency, le djihadiste Gilles Le Guen menace l'Occident et Israël.
Dans une vidéo postée le 9 octobre 2012 sur le site de l'agence Mauritanian Sahara Media Agency, le djihadiste Gilles Le Guen menace l'Occident et Israël. — SAHARA MEDIA / AFP

Le Français Gilles Le Guen, qui avait rejoint les rangs d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a été condamné vendredi à huit ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris.

Une première condamnation

Agé de 60 ans, il a été déclaré coupable d'association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Il s'agit de la première condamnation sur le fondement d'une loi votée fin 2012, qui permet de poursuivre des Français soupçonnés d'avoir participé à des actes terroristes à l'étranger ou d'être partis s'y entraîner.

La justice avait requis les 4 et 5 mai derniers huit ans de prison ferme pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste à l'encontre de cet ancien capitaine dans la marine marchande. Il avait été arrêté dans la nuit du 28 au 29 avril 2013 par les forces spéciales françaises au Mali.

« Un paumé qui devient terroriste »

A l’époque, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian l’avait décrit comme « un paumé qui devient terroriste ». Pourtant des sources proches du dossier avaient au même moment relativisé auprès de 20 Minutes sa « dangerosité », le présentant plutôt comme un « voyageur des grands chemins radicalisés au contact de population locale ».