Une collégienne musulmane interdite de collège à cause d'une jupe

EDUCATION Selon la principale de l'établissement, le vêtement ne respecterait pas la loi sur la laïcité de 2004...

Charlotte Murat

— 

L'histoire a été révélée par le journal «L'Ardennais».
L'histoire a été révélée par le journal «L'Ardennais». — Capture d'écran Twitter

On connaissait le problème des jupes trop courtes, moins celui des jupes trop longues. Sarah K., une jeune fille de 15 ans scolarisée en 3e au collège Léo-Lagrange de Charleville-Mézières (Ardennes), s'est vue refuser l'accès à l'établissement scolaire les 16 et 25 avril à cause de sa jupe jugée trop longue, rapporte L'Ardennais. L'élève, de confession musulmane, porte le voile, mais elle l'enlève «tous les matins avant d’entrer au collège», précisent ses parents.

La directrice du collège estime que sa jupe ne respecte pas la loi sur la laïcité datant de 2004. Elle explique aux parents de l'adolescente en colère dans une lettre que ce texte «interdit ce port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse. La poursuite de cette tenue provocante interdira son accueil en classe.»

Laïcité: Ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas dans l'espace public

Une jupe achetée «chez Kiabi pour deux euros»

La loi sur la laïcité à l'école n’interdit pas en revanche «les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des élèves en dehors de toute signification religieuse». «Cette jupe n’a vraiment rien de particulier, elle est toute simple, elle n’a rien d’ostentatoire. Il n’y a aucun signe religieux du tout», a répliqué Sarah dans les colonnes de L'Ardennais, précisant qu'elle l'avait achetée «chez Kiabi pour deux euros».

«Quelques élèves portent également des tenues jugées ostentatoires et nous sommes en train de discuter avec certains parents pour que la charte de laïcité puisse s'exprimer pleinement», a précisé à l'AFP Patrice Dutot, l'inspecteur académique des Ardennes. Selon le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), 130 cas de lycéennes ou collégiennes interdites de cours pour des tenues «jugées abusivement ostentatoires» ont été recensés en 2014.

Une histoire très commentée sur Twitter

Cette histoire faisait partie des sujets les plus commentés sur Twitter ce mardi. En soutien à la jeune fille, les internautes ont même créé le hashtag #JePorteMaJupeCommeJeVeux.

On y trouve des messages de soutien et d'autres à caractère plus humoristique.