EXCLUSIF. Le coûteux escalier du commissariat du Ve arrondissement de Paris

SECURITE La préfecture de police a payé près d’un demi-million d’euros pour installer un escalier d’évacuation…

William Molinié

— 

L'escalier extérieur du commissariat du 5e arrondissement a coûté 460.000 euros.
L'escalier extérieur du commissariat du 5e arrondissement a coûté 460.000 euros. — No credit

Un escalier de secours à prix d’or. Livré en début d’année, l’escalier d’évacuation du commissariat central du Ve arrondissement a coûté 460.000 euros à la préfecture de police (PP). Près d’un demi-million d’euros donc, pour trois étages desservis depuis l’extérieur, dont les marches ne sont utilisées uniquement qu’en cas d’incendie ou de force majeure.

L'ardoise de cet escalier au prix d'une maison a été confirmée à 20 Minutes par le secrétariat général pour l'administration de la PP. L’appel d’offres donnait pour mission la réalisation d’un «escalier supplémentaire d'évacuation extérieur en façade principale». La préfecture de police justifie ces travaux par «l’augmentation des effectifs travaillant dans le bâtiment découlant de la fusion du commissariat central du Ve et celui du VIe arrondissement». L’arrivée massive d’effectifs dans l'établissement rendait en effet nécessaire l’aménagement des locaux et la mise aux normes de sécurité incendie. Et donc la construction d’un escalier supplémentaire d’urgence à l’extérieur de la structure, les deux escaliers existant dans le bâtiment étant insuffisants.

Affichage de la construction d'un escalier extérieur au commissariat du 5e arrondissement. - No credit

Ouvrage difficile à réaliser

Contacté par 20 Minutes, le bureau d’architecte en charge des travaux justifie son prix. «L’escalier n’est pas posé sur la terre directement mais sur une dalle. Techniquement, c’était difficile à réaliser d’autant qu’il fallait qu’il soit assez large et détaché de la façade pour ne pas obscurcir les bureaux», précise Cedric Trentesaux, architecte à l'atelier 32 architectes, maître d’œuvre sur ce chantier.

Autre élément d’explication, «il fallait qu’il soit le moins possible visible de l’extérieur, donc léger techniquement mais assez large pour pouvoir passer à deux personnes», poursuit l’architecte. Ce dernier reconnaît un «bon prix» mais ne le juge «pas du tout ahurissant».

Interrogé par 20 Minutes, le Service des affaires immobilières (SAI) de la PP précise que «le coût de l'ouvrage s'explique par le choix d'une structure métallique adaptée à l'architecture du bâtiment existant». «Cette structure répond également aux contraintes structurelles de l'ouvrage, les paliers étant suspendus à la structure existante du bâtiment compte tenu de la présence de parkings sous le parvis», poursuit-on.

150.000 euros l'étage

Malgré ces explications, la pilule a du mal à passer chez les syndicats de police qui ont protesté contre la fermeture du commissariat du VIe. «Imaginez, avec tout cet argent, on aurait pu renouveler dans l'arrondissement nos gilets pare-balles et notre armement collectif», grince Nicolas Til, délégué de secteur au sein du syndicat de gardiens de la paix Unité-SGP-Police

«Le prix est ahurissant! A 150.000 euros l’étage, on pouvait espérer au moins quelque chose d’extraordinaire. Mais non, il est tout à fait basique, en métal», peste-t-il. Selon lui, l’information est passée complètement inaperçue, même en interne, pendant plusieurs semaines: «Le panneau de chantier, qui doit être obligatoirement affiché, était difficilement accessible à cause de barrières éloignées du bâtiment.»