INA: Anticor menace de saisir la justice si Agnès Saal ne démissionne pas

SOCIETE La PDG de l’INA est mise en cause pour ses importantes dépenses de taxi…

A.G. avec AFP

— 

La PDG de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Agnès Saal, dans son bureau au siège de l'INA, à Bry-sur-Marne, le 31 juillet 2014
La PDG de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Agnès Saal, dans son bureau au siège de l'INA, à Bry-sur-Marne, le 31 juillet 2014 — Dominique Faget AFP

Le président de l'association Anticor, qui lutte contre la corruption et l'évasion fiscale, a menacé mardi de saisir la justice si Agnès Saal, la PDG de l'INA mise en cause pour ses importantes dépenses de taxi, «ne démissionne pas».

«Je ne vois pas aujourd'hui comment Agnès Saal pourrait être maintenue dans ses fonctions, ou alors l'INA devra faire preuve de beaucoup d'imagination! Si elle ne démissionne pas, Anticor saisira la justice et signalera évidemment les choses au procureur de la République», déclare Jean-Christophe Picard dans un entretien au Parisien.

Interrogé sur les moyens de contrôle au sein de l'INA, le président d'Anticor «d'abord», «déplore qu'Agnès Saal n'ait pas fait part elle-même de la situation». «Ensuite, je remarque en effet que ceux qui sont censés contrôlés ne contrôlent pas, ou inefficacement», ajoute-t-il.

«Heureusement qu'il y a des lanceurs d'alerte»

«Il s'agit pourtant d'argent public et de sommes conséquentes. N'importe qui avec des notions de comptabilité sursauterait devant de tels montants. Heureusement qu'il y a des lanceurs d'alerte», estime Jean-Christophe Picard.

Selon Le Figaro, la PDG de l'Institut national de l'audiovisuel a dépensé plus de 40.000 euros de factures de taxi auprès de la compagnie G7 en dix mois, dont 6.700 euros dépensés par son fils qui disposait également du code de réservation.

La ministre de la Culture Fleur Pellerin a «demandé le remboursement intégral» des «frais de déplacement privés de la présidente» de l'INA, «qui est en cour », selon son ministère.