Attentat déjoué: Une commande venue de Syrie?

TERRORISME Le djihadiste présumé aurait eu des contacts avec un homme se trouvant en Syrie «avec lequel il échangeait sur les modalités de commission d'un attentat»...

N.Bg.
— 
François Molins à Paris le 22 avril 2015.
François Molins à Paris le 22 avril 2015. — Jacques Brinon/AP/SIPA

L'attentat contre une ou plusieurs églises déjoué ce dimanche avec l'arrestation du djihadiste présumé Sid Ahmed Ghlam pourrait bien être une commande venue de Syrie. L'homme, un étudiant en électronique de 24 ans placé en garde à vue médicalisée à l'Hôtel-Dieu depuis dimanche, était déjà connu des services de renseignement pour ses «velléités de départ en Syrie» dans les rangs djihadistes, a déclaré ce mercredi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

«Contact avec une personne pouvant se trouver en Syrie»

«Les exploitations réalisées sur les éléments informatiques (...) permettaient d'établir que cet individu était en contact avec une autre personne pouvant se trouver en Syrie avec laquelle il échangeait sur les modalités de commission d'un attentat, ce dernier lui demandant explicitement de cibler particulièrement une église», a par ailleurs indiqué mercredi le procureur de Paris François Molins.

Selon Le Parisien, le djihadiste présumé aurait ainsi mis au point son projet d'attentat «avec le concours d’au moins une personne, basée en Syrie». «Ce contact, avec qui Ghlam communique régulièrement via des SMS, le convainc de passer à l’acte, malgré ses réticences. La semaine dernière, son interlocuteur lui fournit des indications pour se procurer des armes. Le suspect se rend alors en banlieue parisienne, muni d’une adresse», poursuit le quotidien. C'est là qu'il se serait emparé de plusieurs armes, dont les trois fusils automatiques.

Les messages venant de Syrie s'étaient intensifiés ces derniers jours, d'après LePoint.fr, qui évoque des instructions toujours plus explicites. «Trouve une bonne église avec du monde», auraient ordonné les commanditaires à Sid Ahmed Ghlam.