Attentat évité à Villejuif: Le point sur l'enquête

TERRORISME L'enquête avance sur l'Algérien Sid Ahmed Ghlam, actuellement en garde à vue...

Céline Boff
— 
Illustration d'un policier.
Illustration d'un policier. — JS EVRARD/SIPA

On en sait plus sur Sid Ahmed Ghlam, l’Algérien de 24 ans soupçonné d'avoir tué une femme et projeté une attaque contre une église en banlieue parisienne. 20 Minutes fait le point.

Son profil

Sid Ahmed Ghlam n’est pas un quidam. Il avait été repéré par les services de renseignement pour ses «velléités de départ en Syrie». Il avait même sa «fiche S», c’est-à-dire qu’il faisait l’objet d’une surveillance discrète au nom de la sûreté de l'Etat. D'après Le Monde, «le jeune homme avait disparu une semaine en Turquie en février 2015». Mais il ne faisait l’objet d’aucune enquête judiciaire, les «vérifications sur [son] environnement» n'ayant pas révélé d'éléments la justifiant, a expliqué le gouvernement.

Si son casier judiciaire ne fait état d'aucune condamnation, son nom figure dans une procédure pour des faits de violences volontaires en août 2013. Elle avait été classée sans suite en raison du retrait de plainte de la victime. Sid Ahmed Ghlam est arrivé en France en 2001 avec sa mère pour rejoindre son père, installé à Saint-Dizier (Haute-Marne). En 2003, sans papiers, il doit repartir en Algérie mais après son bac, il revient en France pour suivre des études d'électronique à Reims, puis à Paris. Il était boursier.

Son arsenal

Les enquêteurs ont perquisitionné dimanche son logement, la chambre 310 d’une résidence universitaire, située rue Julie-Victoire-Daubié, dans le 13e arrondissement parisien. D’après une porte-parole du Crous, le jeune homme était discret et «il payait son loyer normalement, dans les 200 euros par mois».

Attentat «déjoué»: Etat des lieux de l’arsenal de guerre du suspect

Mais en poussant la porte, les policiers ont découvert un véritable arsenal de guerre. Sid Ahmed Ghlam avait notamment trois kalachnikovs (une quatrième dans sa voiture), des armes de poing, mais aussi des brassards de police, des gilets pare-balles et des gilets tactiques, comprenez des vestes dotées de poches pouvant accueillir différentes armes et équipements. Les policiers ont également mis la main sur du matériel de vidéo et des documents en langue arabe évoquant les organisations terroristes Al-Qaida et Etat islamique.

Son arrestation

Le jeune homme a été arrêté dimanche matin. Tout commence lorsqu’il contacte lui-même le Samu, à 8h50. Il les appelle parce qu’il s’est grièvement blessé à la jambe. Il explique qu’il a été blessé à la suite d'un vol avec arme dont il venait d'être victime. Alertés, les enquêteurs trouvent sa voiture et, à l'intérieur, un gyrophare, une partie de l'arsenal et des traces de sang.

Selon nos informations, Sid Ahmed Ghlam aurait reçu une balle dans l’artère fémorale alors qu’il se trouvait dans la voiture d’Aurélie Châtelain, la jeune femme dont le corps criblé de trois balles a été retrouvé dimanche matin à Villejuif (Val de Marne). Placé en garde à vue, il a d’abord affirmé s’être blessé en voulant se débarrasser de ses armes dans la Seine. Face au scepticisme des enquêteurs, il s’est ensuite enfermé dans le mutisme.

Ses complices

L'analyse du matériel informatique saisi a permis d'établir que Sid Ahmed Ghlam «était en contact avec une autre personne pouvant se trouver en Syrie avec laquelle il échangeait sur les modalités de commission d'un attentat», a expliqué le procureur de Paris, François Molins. Cet homme qui serait en Syrie lui aurait demandé «explicitement de cibler particulièrement une église», a ajouté le magistrat.

Selon l'évêque de Créteil, Monseigneur Michel Sentier, interrogé par 20 Minutes, Sid Ahmed Ghlam visait deux églises de Villejuif, celle de Sainte-Julitte située à proximité de la mairie et celle de Sainte-Thérèse. Les enquêteurs cherchent également à savoir s’il n’a pas bénéficié de l’aide d’autres personnes, notamment de celle d’une jeune femme interpellée mercredi matin à Saint-Dizier.

L’enquête en cours

La garde à vue de Sid Ahmed Ghlam va être prolongée et pourrait durer jusqu’à six jours. D’après les premières analyses balistiques, génétiques et de géolocalisation téléphonique, il serait impliqué dans le meurtre d'Aurélie Châtelain. Par ailleurs, plusieurs perquisitions et interpellations ont été réalisées dans son entourage, notamment à Saint-Dizier, dans le quartier sensible du Vert-Bois. 

Les policiers de la Brigade de recherches et d'intervention (BRI) y ont notamment arrêté une femme de 25 ans, qui porte la burqa et qui réside depuis plusieurs mois dans un pavillon avec deux enfants en bas âge. S’agit-il de la compagne de Sid Ahmed Ghlam? Ce dernier venait régulièrement la voir le week-end. Mais la sœur de la jeune femme, Angélique, assure qu’elle n’a pas de petit ami. Elle a également expliqué à l’AFP que sa sœur s'est convertie «il y a environ deux ans à l'islam», qu'elle pratique «à fond et ne parle pas de terrorisme».