Attentat déjoué: «Il faut plus de solidarité, plus de fraternité, plus de rencontres», estime l'évêque de Créteil

TERRORISME L'évêque du diocèse de Créteil ne veut pas «donner raison aux terroristes»...

Victor Point
— 
L'église Saint-Cyr-
Sainte-Julitte était la cible d'un attentat déjoué le dimanche 19 avril 2015.
L'église Saint-Cyr- Sainte-Julitte était la cible d'un attentat déjoué le dimanche 19 avril 2015. — Capture écran/Google Streetview

«Il ne faut pas céder à la panique et à la peur. Ce serait donner raison aux terroristes.» Monseigneur Michel Santier, évêque du diocèse de Créteil (Val-de-Marne), appelle ce mercredi à l'apaisement, après la révélation par le ministère de l'Intérieur d'un projet d'attentat déjoué dimanche sur deux églises de Villejuif, «l'église Sainte-Julitte, à côté de la mairie, et l'église Sainte-Thérèse», précise-t-il.

Interrogé par 20 Minutes, l'évêque évoque  «un sentiment de stupeur et d'effroi» à l'annonce de l'attentat évité, qui devait avoir lieu le dimanche matin, pendant la messe. «Cela aurait été un véritable massacre! s'exclame-t-il. S'attaquer aux églises, c'est s'attaquer aux catholiques bien sûr, mais également au patrimoine de la France.»

«Renforcer les relations fraternelles entre religions»

«Je veux aussi exprimer mon soulagement que la catastrophe ait pu être évitée, tempère Michel Santier. La police a fait un travail efficace, nous lui sommes tous reconnaissants.» Et l'évêque de rappeler à tous ceux qui veulent renforcer les mesures de sécurité à l'entrée des églises que «comme tous les autres lieux de culte, elles font déjà partie du plan Vigipirate. On ne peut pas poster un policier devant chaque église de France.»

Enfin, Michel Santier appelle à «continuer de renforcer les relations fraternelles entre les communautés religieuses. Il faut plus de solidarité, plus de fraternité, plus de rencontres. Ce serait la meilleure réponse à donner aux terroristes.»