Manuel Valls: «Notre pays fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé»

TERRORISME Le Premier ministre s'est exprimé ce midi après l'annonce ce mmercredi matin de l'arrestation d'un homme qui projetait de perpétrer un ou plusieurs attentats en France...

20 Minutes avec AFP

— 

Manuel Valls et Barnard Cazeneuve sur le perron de l'Elysée le 22 avril 2015.
Manuel Valls et Barnard Cazeneuve sur le perron de l'Elysée le 22 avril 2015. — Jacques Brinon/AP/SIPA

Manuel Valls a de nouveau estimé mercredi que la France faisait «face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé», en commentant l'attentat déjoué dimanche à Paris. «Les terroristes ciblent la France pour nous diviser», a ajouté le chef du gouvernement à la sortie du Conseil des ministres, devant le perron de l'Elysée, avec à ses côtés son ministre de l'Intérieur.

Suivez en direct par ici les événements de la journée

Bernard Cazeneuve venait de donner des précisions place Beauvau sur l'arrestation d'un homme soupçonné d'avoir préparé une attaque contre des églises et d'être impliqué dans le meurtre d'une jeune femme. Manuel Valls a exprimé sa compassion à la famille de cette mère d'une fillette de 5 ans.

L'unité comme réponse au terrorisme

«Notre pays, comme d'autres encore ces dernières semaines, fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé par sa nature et son ampleur», a lancé le chef de gouvernement qui a déjà à plusieurs reprises lancé cet avertissement. La «mobilisation est permanente, c'est celle aussi qui permet régulièrement l'arrestation, l'interpellation d'individus qui veulent se rendre en Syrie ou en Irak», a fait valoir le Premier ministre.

«C'est cette réactivité qui a permis de découvrir l'identité» de l'individu arrêté dimanche, selon Manuel Valls.

«Notre seul but, c'est de protéger les Français, les terroristes ciblent la France pour nous diviser», a poursuivi Manuel Valls. Il faut répondre par «la protection de nos concitoyens» mais «aussi le rassemblement, l'unité, une très grande détermination», a préconisé l'ex-ministre de l'Intérieur.