Royaume-Uni: Une jeune femme meurt après avoir ingéré des pilules amaigrissantes

SANTE Les pilules contenaient du dinitrophénol, une molécule utilisée pour fabriquer des bombes pendant la Première Guerre mondiale...

20 Minutes avec agence

— 

Des médicaments (illustration).
Des médicaments (illustration). — MIGUEL MEDINA / AFP

Eloise Aimee Parry, une jeune britannique de 21 ans, est décédée aux urgences le 12 avril, des suites d’un malaise. Selon la police du comté de Shropshire (ouest de l’Angleterre), la victime est morte après avoir ingéré des pilules amaigrissantes achetées sur Internet.

La jeune fille avait pris quatre fois la dose mortelle

Interrogée par The Guardian, Fiona Parry, la mère de la victime a déclaré que sa fille a commencé à se sentir mal à l’heure du déjeuner. Conduite aux urgences, elle ne s’est pas inquiétée voyant que sa fille était encore consciente et pleinement lucide. Suite à un test de toxicologie, les médecins se sont inquiétés de l’état d’Eloise. Elle précise: «La drogue était à l’intérieur d’elle, il n’y avait pas d’antidote, la dose mortelle était de deux cachets, or elle en avait pris huit».

L’état de la jeune femme s’est ensuite détérioré. «Elle brûlait de l’intérieur». Son métabolisme a «explosé comme une bombe», raconte encore sa mère. Son cœur s’est ensuite arrêté. Malgré l’intervention de l’équipe médicale, la jeune femme n’a pas pu être réanimée, elle est morte dans la journée.

Obésité: Une nouvelle pilule fait croire à votre corps que vous déjà avez mangé

Près de 60 morts en 2013

Les pilules amaigrissantes contenaient du dinitrophénol, une molécule utilisée dans l’industrie manufacturière pour fabriquer des bombes pendant la Première Guerre mondiale. Par la suite, le dinitrophénol a été largement utilisé par des personnes qui voulaient perdre du poids, suite à des essais cliniques concluants (une perte de 7 kilos en une semaine).

Toujours selon The Guardian, Eloise Parry est la cinquième personne à décéder des suites du dinitrophénol au Royaume-Uni. En 2013, près de 60 personnes sont mortes des suites de la molécule à travers le monde.