Aubagne: Un homme de 44 ans tué dans la nuit

FAITS DIVERS Onze balles ont été tirées sur la victime...

Amandine Rancoule

— 

Marseille le 17 MARS 2015 Voiture de police nationale.
Marseille le 17 MARS 2015 Voiture de police nationale. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Après le meurtre de dimanche soir à la cité des Bourrely (15e), un homme a été tué par balles dans la nuit de lundi à mardi vers minuit à Aubagne. La victime, âgée de 44 ans, était au volant de sa Smart, alors arrêtée à un feu rouge de l'avenue du 21 août 1944.

Une des balles a été tirée dans la tête

Selon les premiers éléments de l'enquête, la voiture a été bloquée par un véhicule de grosse cylindrée. Un autre aurait stoppé à côté, ne laissant aucune chance de fuite à la victime. «Il y a eu deux séquences de tirs, précise une source policière. La seconde était vraisemblablement pour achever l'homme.» Deux armes ont été utilisées: d'abord du 9 mm, soit une arme automatique puis du calibre 12, un fusil de chasse. Il y aurait donc plusieurs tireurs.

L'homme a été touché par onze balles. Elles ont atteint le thorax. Une autre balle a été tirée dans la tête. Il est mort dans sa voiture, peu après l'arrivée de la police.
L'enquête, confiée à la police judiciaire de Marseille, est rendue compliquée par l'absence de témoins directs: les secours ont été appelés par des riverains ayant entendu les coups de feu.

La victime est connue des services de police

La victime était connue des services de police pour des affaires de braquages, mais ne l'était pas pour trafic de stupéfiants, souvent la cause des règlements de comptes dans la région marseillaise. Son dernier différend avec la police date de 2010. L'homme, originaire de la cité de la Tourtelle, avait par ailleurs déjà fait de la prison. 

Le dernier règlement de compte à Aubagne date de janvier 2014. Un homme de 30 ans avait été tué d'une rafale de kalachnikov, au volant d'une BMW volée dotée de fausses plaques d'immatriculation, une arme de même type posée sur ses genoux. L'homme, gérant de fast-food, était cagoulé et ganté lorsqu'il a été pris pour cible par un commando.

Depuis le début de l'année 2015, cinq autres règlements de comptes ont eu lieu dans la région marseillaise. Deux à Marseille: un à la Castellane (16e) et un autre aux Bourrely (15e). Les trois autres se sont déroulés à Gignac, Marignane et Port-de-Bouc.
En 2014, 15 règlements de compte ont eu lieu à Marseille, plus d'une vingtaine dans le département, contre 14 à Marseille en 2013 et 17 dans les Bouches-du-Rhône.