Prime d'activité: Aucune dépense supplémentaire, estime Michel Sapin

SOCIAL Le ministre du Travail réagit à propos des annonces de François Hollande, dimanche...

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre des Finances Michel Sapin le 24 mars 2015 à l'Assemblée nationale à Paris
Le ministre des Finances Michel Sapin le 24 mars 2015 à l'Assemblée nationale à Paris — François Guillot AFP

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré lundi soir que la prime d'activité ne représenterait « pas une dépense supplémentaire », et précisé que les étudiants qui travaillent « vraiment » y seront éligibles, au lendemain de l'annonce par François Hollande d'un élargissement de cette mesure.

Récusant le fait que cette annonce ait été « improvisée », Michel Sapin a insisté sur BFMTV sur le fait qu'il s'agissait d'une « prestation d'activité, pour aller vers l'emploi, et non pas une prestation d'assistance ».

François Hollande va élargir le dispositif aux jeunes

« Le RSA dit "activité", que Nicolas Sarkozy avait mis en place, et que nous avions soutenu à l'époque dans son principe, a eu des conséquences: parfois c'est plus intéressant de rester avec le RSA que de travailler », a déclaré le ministre.

« Il a fallu concentrer le dispositif, utiliser aussi par ailleurs ce qu'on appelle la PPE, la prime pour l'emploi, on concentre les deux dispositifs, c'est 4 milliards d'euros », a-t-il poursuivi.

Etudiant qui travaille

Précisant que ces 4 milliards n'étaient « parfois pas concentrés sur ceux qui en ont besoin », M. Sapin a ensuite confirmé qu'il ne s'agissait « pas [d']une dépense supplémentaire. »

Interrogé sur le fait de savoir si les étudiants seraient concernés, ce qu'avait exclu le ministère du Travail plus tôt dans la journée, Michel Sapin a répondu: « Le jeune qui est étudiant, il n'a pas une dissuasion à prendre un travail, il étudie. Mais il y a aussi des jeunes qui ne peuvent pas faire autrement que de travailler y compris pour pouvoir continuer leurs études ».

« Ceux-là, lorsqu'ils travaillent vraiment, je ne parle pas d'un petit boulot pendant les vacances, mais quand ils travaillent vraiment, il est légitime qu'ils puissent aussi bénéficier de ce dispositif, qui leur permettra d'ailleurs, le jour où ayant terminé leurs études, mais ayant acquis aussi une formation, une expérience professionnelle, de rentrer pleinement et complètement sur le marché du travail », a ajouté le ministre.

Apparente contradiction

Dans l'après-midi, le ministère du Travail avait précisé à l'AFP que les étudiants et apprentis ne seraient « pas éligibles » à la future prime d'activité. Les étudiants exerçant des petits boulots pourront-ils y prétendre ? « Non », avait répondu le ministère.

Interrogé par l'AFP sur cette apparente contradiction, le ministère des Finances a déclaré que les critères d'éligibilité seraient précisés dans les jours qui viennent.

La prime d'activité, qui regroupera en 2016 la prime pour l'emploi et le RSA-activité, est prévue dans le projet de loi sur le dialogue social qui sera présenté mercredi en Conseil des ministres. Le texte prévoit déjà que « les jeunes actifs majeurs y (soient) éligibles selon le droit commun ».