Lettres à Pôle emploi: «Monsieur, je viens d’apprendre que je suis radié»

SOCIETE Dans «Cher Pôle emploi», Nora Philippe publie les courriers de chômeurs en réponse à un avis de radiation...

Faustine Vincent

— 

Une antenne de Pôle emploi à Bailleul, dans le Nord-Pas-de-Calais, le 13 septembre 2012
Une antenne de Pôle emploi à Bailleul, dans le Nord-Pas-de-Calais, le 13 septembre 2012 — Philippe Huguen AFP

Ces lettres de chômeurs n’auraient jamais dû sortir du Pôle emploi de Livry-Gargan, en Seine Saint-Denis, à qui elles s’adressaient en réponse à un avis de radiation. Nora Philippe les a collectées lorsqu’elle réalisait son documentaire Pôle emploi, ne quittez pas. Elle les restitue aujourd’hui telles quelles dans un livre, Cher Pôle emploi, publié ce mercredi 27 mai (Ed. Textuel).

«Pôle emploi, ne quittez pas»: Un documentaire poil à gratter

Qu’elles soient touchantes, maladroites, indignées ou de mauvaise foi, toutes donnent à entendre des bribes de vie d’une population à la fois massive, hétérogène et invisible, parfois dans ce qu’elle a de plus intime.

Une mère de famille écrit ainsi avoir «complètement oublier ses rendez-vous» à Pôle emploi, parce que pendant «le weeck-end nous sommes sortie en famille dans une soirée qui malheureusement c’est très mal terminée, mon mari (conjoint) a été interpeler ainsi que d’autres personnes puis incarcéré à la maison d’arrêt de Fleury Merogis depuis le 13 mars 2013».

>> Lire l'interview de l'auteure de «Cher pôle emploi», Nora Philippe

«Je n’était pas informé»

Dans un autre courrier, «Madamme P.» proteste : «Monsieur, je viens d’apprendre que je suis RADIE pour non comparution a un de s rendez-vous pour le quel je n’était pas informé ni par courrier ni par quelconque autre moyen de comunication.»

Une courte lettre écrite en majuscules et datée du 22 mars 2013 affirme qu’ «en reson que mesieur françois g. a des diffi-tructé a ecrit et lire n’a par pur venir a votre vendrez vous merci de vouloir comprende som probleme».

Empêchement de dernière minute, oubli, maladie, deuil, bug informatique, problème de garde d’enfant… Face à la machine administrative, ces demandeurs d’emploi, démunis, tentent d’expliquer comme ils peuvent, dans une langue qu'ils maîtrisent parfois à peine, leur absence à une convocation qui pourrait leur coûter cher – 90% des radiations seraient dues à ce motif, selon l’auteure.

Courriers rangés à droite ou à gauche

Les courriers sont ensuite triés puis rangés. «A droite, ceux qui sont absous immédiatement. A gauche, ceux qui sont tangents ou condamnés : le parapheur destiné à la directrice, qui seule statuera», écrit Nora Philippe.

«Ces lettres sont souvent, avec des courriers adressés à l’école, à la sécurité sociale ou à la CAF, les seules occasions pour leurs auteurs de prendre la plume», rappelle la réalisatrice, qui voit en elles «les clignotements de disparitions, en cours ou achevées», puisque toute radiation, justifiée ou non, concourt à leur effacement. Raison de plus pour les lire.