VIDEO. Fillette retrouvée morte à Calais: Retour sur l'affaire en trois points

FAITS DIVERS «20 Minutes» vous résume ce que l'on sait du drame…

F.V.
— 
Policiers et experts sur la scène de crime le 15 avril 2015 à Calais après l'enlèvement d'une fillette retrouvée morte
Policiers et experts sur la scène de crime le 15 avril 2015 à Calais après l'enlèvement d'une fillette retrouvée morte — PHILIPPE HUGUEN AFP

Une petite fille de 9 ans, Chloé, a été retrouvée morte peu après son enlèvement mercredi après-midi à Calais. Un homme interpellé aux abords de la scène de crime et placé en garde à vue a avoué l'avoir violée et tuée. Voici ce qu’on sait de cette affaire à l’heure actuelle.



1. Les circonstances de l’enlèvement

Selon le scénario de l'enlèvement tel que rapporté par le suspect aux enquêteurs de la PJ de Coquelles (Pas-de-Calais), Chloé, qui jouait dans la rue, a braqué un pistolet à eau sur l'homme, qui l'a alors empoignée et contrainte à monter à l'arrière de son véhicule. 

«Il était environ 15 h 30, a raconté Dorothée, une témoin, au Parisien. La maman était avec ses deux autres petits, âgés de 4 et 5 ans. Chloé était en train de s’amuser avec une copine à l’aire de jeux juste en face. Quand sa maman s’est retournée, elle a vu un homme chauve et bronzé avec des lunettes de soleil prendre l’enfant et l’embarquer de force dans une voiture. C’est là que je suis arrivée et que je l’ai vue hurler. Elle criait: "On m’a volé Chloé, on m’a volé Chloé!"»

Le suspect a ensuite démarré en trombe, a témoigné une voisine sur BFM TV. Selon Le Parisien, «la mère a assisté, impuissante, au rapt de son enfant alors qu’elle s’apprêtait à l’emmener à son cours de danse».

VIDEO. Fillette retrouvée morte à Calais: «On m'a dit: "On t'a pris Chloé"», raconte sa mère

Des policiers «alertés à la suite de la disparition d'une enfant signalée vers 15h30 rue Bossuet à Calais», ont découvert son corps vers 17h15 à environ 3 km de là, à l'entrée du bois Dubrulle, ex-jungle des migrants de Calais.

2. Le profil du suspect

Il a été interpellé mercredi vers 18h par une patrouille de CRS et placé en garde à vue. Agé de 38 ans, de nationalité polonaise, Zbigniew H. se trouvait à proximité des lieux où le corps de Chloé a été retrouvé. Son parcours, chaotique, a été marqué par l'errance, des vols et violences volontaires.

L’homme, alcoolisé au moment de son interpellation, avait un lourd passé judiciaire et faisait l'objet d'une interdiction de territoire après deux condamnations. Il avait été remis aux autorités de son pays le 27 mars 2014 après l'émission d'un mandat d'arrêt européen délivré par un juge d'instruction polonais pour des faits de vol et d'extorsion. Il était sorti de prison il y a quelques mois.

Une habitante du quartier où la fillette a été enlevée, un square encadré par des barres HLM de petite taille, Fabienne raconte avoir vu l'agresseur, «un homme à lunettes de soleil, dégarni, bronzé», rôder avant l’enlèvement. Mercredi soir, l'individu a avoué avoir violé et tué la petite fille.

3. Les révélations des enquêteurs

Dès la découverte du corps, la police scientifique a constaté «l'existence de traces de strangulation et de violences sexuelles» sur l'enfant, a déclaré le procureur, ce qui a été corroboré par une autopsie pratiquée jeudi matin.

Concernant l'interdiction de territoire signifiée au Polonais après sa deuxième condamnation en France pour des vols avec violence, le procureur a souligné que le suspect, selon ses dires, était arrivé le matin même à Calais avec le projet de se rendre en Angleterre, où vit sa soeur, mais qu'il n'avait pas de billet de transport.

Une information judiciaire doit être ouverte pour enlèvement suivi de mort et viol sur mineur de moins de 15 ans.

Par ailleurs, une marche blanche aura lieu à Calais ce jeudi à partir de 18h en mémoire de la fillette.