VIDEO. Fillette tuée à Calais: «Il a pris Chloé par le bras, il a couru et il est parti»

TEMOIGNAGE La maman de l'enfant enlevée et assassinée dans le Pas-de-Calais a raconté les circonstances du drame...

D.B.

— 

Le 15 avril 2015. Le lieu à Calais où la petite Chloé a été enlevée avant d'être assassinée. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN
Le 15 avril 2015. Le lieu à Calais où la petite Chloé a été enlevée avant d'être assassinée. AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN — AFP

Elle a eu besoin de raconter le drame qu'elle a vécu. La mère de la petite Chloé, enlevée mercredi à Calais, puis assassinée, a raconté à BFMTV les circonstances de la tragédie.

Mercredi, à 15h30, Isabelle était présente aux côtés de sa fille et d'une de ses amies sur l'aire de jeux qui fait face au domicile familial. Elle a dû rentrer chez elle quelques minutes pour changer ses deux autres enfants. Cette petite absence a suffi au prédateur pour enlever sa fille. «Je partais juste cinq minutes avec les deux petits pour les changer et je redescendais tout de suite», explique la maman bouleversée.

«Quand j'ai crié elle ne m'a pas répondu»

«Quand je suis redescendue on m'a dit: "On t'a pris Chloé". J'ai crié et, quand je suis arrivée de l'autre côté, elle était derrière les poubelles et il y avait le gars.» Isabelle est restée impuissante face au drame qui se jouait: «Il a pris Chloé par le bras, il a couru et il est parti. Quand j'ai crié elle ne m'a pas répondu. Elle était allongée par terre et il l'a soulevée. Je ne sais pas ce qu'il lui a fait avant, parce qu'elle ne s'est pas débattue. Elle n'a rien fait et n'a même pas crié. J'ai vu la voiture partir. Comme j'ai crié, tout le monde est sorti. J'ai appelé la police, ils sont arrivés cinq minutes après.»

Interrogée sur l'homme, Isabelle explique qu'elle ne l'a aperçu que de dos: «Je ne l'avais jamais vu. La voiture était bien garée, il devait être là depuis un petit moment.» «Ça va être très dur», finit par lâcher Isabelle quant à l'avenir.