Essonne: Un squelette sans pieds retrouvé dans un immeuble abandonné

FAITS DIVERS Les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles ne privilégient aucune piste...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration patrouille de police dans une cave. Le 03 11 2009
Illustration patrouille de police dans une cave. Le 03 11 2009 — G. VARELA \ 20 MINUTES

Un squelette sans pieds ni mâchoire inférieure a été découvert lors d'une opération de police dimanche soir dans un immeuble à l'abandon depuis une dizaine d'années à Viry-Châtillon (Essonne), a-t-on appris lundi de sources concordantes.

Un squelette sans pied

«Le squelette était recouvert d'un manteau sombre, il n'avait plus de pieds et il ne restait que deux incisives» à la mâchoire supérieure, a indiqué à l'AFP une source judiciaire. Une pièce d'identité a été retrouvée à proximité du corps, correspondant à «un homme d'une cinquantaine d'années» selon cette source.

«Des expertises ADN» doivent déterminer si elle appartient bien au défunt et les médecins légistes doivent déceler les éventuelles «fractures ou blessures» occasionnées avant le décès, selon une source policière. Décès anonyme d'un marginal, suicide, meurtre? «Aucune piste ne peut être écartée pour le moment», assure cette source qui juge peu crédible l'hypothèse criminelle. «Ce n'est pas non plus un endroit ciblé comme un squat», poursuit-elle. Les enquêteurs ont également commencé à recenser toutes les disparations signalées ces dernières années dans le secteur.

Mutilations ou travail des rats?

Quant à la mystérieuse absence de pieds, «l'enquête devra dire s'il s'agit de mutilations ou si la nature a fait son oeuvre». Car les rats ont élu domicile dans cet immeuble «très insalubre» de deux étages «où l'eau coule de partout» selon une seconde source policière.

En chantier depuis plus de dix ans, le bâtiment a été laissé à l'abandon, à l'exception du rez-de-chaussée, occupé par un cabinet médical de chirurgie-dentaire. «C'est obscur, c'est sale, je ne m'aventure jamais là-dedans», confie le gérant à l'AFP, «en procès avec la mairie», en raison de la dégradation croissante des lieux. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles (Yvelines).