Jeune surfer tué par un requin: «La mise à l'eau était formellement déconseillée»

LA REUNION Le jeune Elio surfait dans une zone interdite avec six équipiers quand il a été happé...

20 Minutes avec AFP

— 

Tag représentant un requin à Saint-Pierre de la Réunion en 2013.
Tag représentant un requin à Saint-Pierre de la Réunion en 2013. — ANDRIEU ARNAUD/SIPA

La mise à l'eau était «formellement déconseillée» ce dimanche à Saint-Paul (île de La Réunion), commune où a eu lieu l'attaque mortelle d'un requin qui a coûté la vie à un surfeur de 13 ans, a affirmé Patrick Florès, adjoint au maire de la ville et entraîneur de l'équipe de France de surf.

«Hier (samedi), nous avons eu une réunion et nous avons clairement dit qu'en raison des mauvaises conditions de mer, la mise à l'eau était formellement déconseillée pour ce jour et qu'il n'y aurait pas de surveillance», a déclaré Patrick Florès, au cours d'une conférence de presse conjointe avec le préfet de La Réunion, Dominique Sorain.

Aucune chance de survie

Malgré ces mises en garde, Elio, la victime, et ses camarades se sont quand même mis à l'eau tôt ce dimanche matin «et comment peut-on reprocher à un adolescent de vouloir pratiquer son sport, sa passion?» a ajouté Patrick Florès, très ému et d'autant plus touché qu'Elio était un membre prometteur du pôle espoir de la Ligue de surf de La Réunion.

Elio surfait dans une zone interdite avec six équipiers quand il a été happé, peu après 9h dimanche matin. Le requin lui a arraché les membres et une partie de l'abdomen, ne lui laissant aucune chance de survie malgré l'intervention des occupants d'un bateau et l'arrivée immédiate des secours.

«Je n'arrête pas de dire aux surfeurs "ne prenez pas exemple sur nous, les anciens". Avant on pouvait surfer par tous les temps et à toute heure de la journée. Ce n'est plus possible aujourd'hui. Plus rien ne sera plus jamais comme avant», a aussi dit Patrick Florès.