Affaire Polanski: Samantha Geimer serait prête à témoigner au procès d'extradition

JUSTICE Plus de 30 ans après les faits, la victime de l'ancien cinéaste s'est dite prête à témoigner si nécessaire ...

20 Minutes avec agences
— 
Roman Polanski au au Tribunal régional de Cracovie, le 25 février 2015.
Roman Polanski au au Tribunal régional de Cracovie, le 25 février 2015. — Alik Keplicz/AP/SIPA

Samantha Geimer, victime du viol commis en 1977 par Roman Polanski (lire en encadré), serait, selon les avocats du cinéaste, «prête à témoigner» lors du procès en extradition intenté par la justice américaine devant le tribunal de Cracovie (Pologne).

Selon Jerzy Stachowicz, qui défend l'accusé, Lawrence Silver, l'avocat de la victime aurait déclaré que lui, tout comme sa cliente, «étaient prêts à témoigner devant le tribunal, si nécessaire».

L'extradition du cinéaste «reste possible» 

«La demande éventuelle est de la compétence du juge», a ajouté Me Stachowicz contacté au téléphone à l'issue d'une énième audience du tribunal qui s'est déroulée en l'absence de Roman Polanski. D'après le parquet polonais, l'extradition du cinéaste «reste possible» car la prescription, dont son acte (relations sexuelles avec une mineure) bénéficie en Pologne, ne s'applique pas en cas de requête des Etats-Unis en vertu d'un accord de coopération judiciaire entre les deux pays.

A noter que le 25 février, lors de la première audience, le cinéaste franco-polonais de 81 ans a fourni pendant neuf heures des explications, à huis clos.

En 1977, en Californie, le réalisateur alors âgé de 43 ans avait été poursuivi pour avoir violé la jeune Samantha Geimer, 13 ans. Après 42 jours de prison, puis sa libération sous caution, le cinéaste qui avait plaidé coupable pour des «rapports sexuels illégaux» avec une mineure s'était enfui des Etats-Unis avant le prononcé du verdict, craignant d'être lourdement condamné.