Préjugés: Les Français plus tolérants mais aussi plus racistes

SONDAGE Le rapport annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme fait aujourd’hui état de ce paradoxe…

20 Minutes avec agence
— 
L'association SOS Racisme dénonce « une libération de la parole raciste ».
L'association SOS Racisme dénonce « une libération de la parole raciste ». — SOS RACISME.ORG

Incroyable mais vrai. Selon les observations de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH), la tolérance des Français aurait augmenté, en même temps que les pensées racistes. Ainsi, les pratiques liées à l’islam continueraient ainsi de déranger, tandis que les clichés antisémites trouveraient toujours une place de choix dans le regard des Français, selon le rapport annuel la CNCDH.

Plus de tolérance envers les différentes religions 

Pour parvenir à ce constat, la CNCDH s’appuie sur deux récents sondages: l’un réalisé par l’institut BVA du 3 au 17 novembre 2014, affirmant que la proportion de Français ne se déclarant «pas racistes du tout» serait en hausse pour la première fois depuis 2010, atteignant 43% ; l’autre, effectué du 3 au 13 mars dernier, confirmant une progression de la tolérance après les attentats parisiens.

Etats-Unis: quand les plaques d'immatriculation affichent un message raciste ou jihadiste

Entre ces deux dates, l’indice de tolérance a d’ailleurs progressé de 2,3 points. Dans le détail, la tolérance à l’égard des noirs progresse de quatre points, celle à l’égard des musulmans et des maghrébins de 1,6 point et celle envers les Juifs de 3,7 points. 

72 % des Français pensent qu'il y a trop d'immigrés en France


Malgré cela, 72% des Français estimeraient aujourd’hui qu’il y a trop d’immigrés en France. «Devant les tragiques événements, le lien social s’est plutôt resserré que distendu», se félicitait jeudi la présidente de la CNCDH, Christine Lazerges, citée par le quotidien Les Echos. Celle-ci souligne deux points noirs de cette étude, à savoir une «revitalisation des vieux clichés antisémites, une persistance des préjugés antiroms, un rejet des pratiques liées à l’islam, et chez certains, une acception dévoyée de la laïcité comme devant faire rempart à l’islam».