Procès des «mariages chinois»: L'ex-maire de Tours Jean Germain s'est suicidé

JUSTICE Il avait laissé une lettre d'adieux, lue par son avocat au premier jour du procès où il était poursuivi pour «complicité de prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics» ...

M.P. avec AFP

— 

Des couples chinois tout juste mariés posent le 7 mai 2009 devant la mairie de Tours avec le maire de l'époque, Jean Germain
Des couples chinois tout juste mariés posent le 7 mai 2009 devant la mairie de Tours avec le maire de l'époque, Jean Germain — ALAIN JOCARD AFP

Jean Germain, l'ex-maire PS de Tours, a été retrouvé mort près de son domicile ce mardi selon une source policière, alors qu'il devait comparaître ce mardi matin pour «complicité de prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics» dans l'affaire dite des «mariages chinois» devant le tribunal de Tours. «Selon les tout premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'un suicide», a précisé cette source.

Il a été retrouvé mort dans le garage de son domicile de Tours. «A 9h du matin, les voisins ont entendu un bruit suspect. Il s'agit vraisemblablement d'un suicide à l'aide d'une arme de chasse», a déclaré aux journalistes présents devant les lieux le procureur de la république de Tours Jean-Luc Beck.

Une lettre d'adieu laissée

Le sénateur PS de Tours ne s'était pas présenté au premier jour de son procès et avait laissé une «lettre d'adieu» dans son véhicule, avait révélé à l'audience son avocat  Me Tricaud. Dans cette lettre, lue à la presse par l'avocat, Jean Germain a notamment écrit: «Je sais le mal que je vais faire, la peine que je vais diffuser à ceux qui m'aiment mais on ne peut laisser la chasse systématique aux politiques se dérouler normalement, quotidiennement».

Entre 2007 et 2011, plusieurs dizaines de couples chinois sont venus à Tours, dans la fameuse vallée des rois, renouveler leurs voeux de mariages en présence du maire Jean Germain, ceint de son écharpe tricolore. Des cérémonies organisées par un société présidée par une membre éminente du cabinet du maire, Lise Han, elle-même poursuivie pour «escroquerie, prise illégale d'intérêts et recel de fonds publics».

Comparé à Roger Salengro

«Je suis bouleversé. Des accusations infâmes ont été lancées contre M. Germain. Ce matin, il a disparu en laissant une lettre d'adieu (...), j'espère qu'on va le retrouver vivant», avait déclaré à la presse, ému, l'avocat, avant l'issue fatale. «Je l'ai vu la dernière fois la semaine dernière, il disait que personne dans sa famille n'avait jamais été sur le banc des accusés (...) Il le vivait comme un déshonneur», a ajouté l'avocat.

Devant la cour, Me Tricaud est allé jusqu'à comparer son client à Roger Salengro, le ministre de l'Intérieur du Front populaire qui s'était suicidé en 1936 à la suite d'une campagne de calomnies l'accusant de désertion pendant la Première Guerre mondiale.

Ecoutez l'avocat de Jean Germain lire sa lettre d'adieu: