Affiche censurée dans le métro: La «bévue de la RATP» devient une affaire

LAICITE Sur les publicités annonçant le concert du groupe Les Prètres à l’Olympia, affichées en mars dans le métro, la RATP a enlevé «Au bénéfice des chrétiens d’orient»…

F.P. avec AFP

— 

L'affiche qui fait polémique. Monseigneur Di Falco regrette que n' apparaisse pas, dans l'annonce de ce concert, la mention
L'affiche qui fait polémique. Monseigneur Di Falco regrette que n' apparaisse pas, dans l'annonce de ce concert, la mention — Capture d'écran / Twitter

«Je pense qu’il ne faut pas trop en rajouter.» Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a tenté de calmer le jeu dimanche en évoquant une simple «bévue». Peine perdue. Le refus de la RATP d’apposer la mention «au bénéfice des chrétiens d’Orient» sur une affiche de promotion d’un concert du groupe Les Prêtres, suscite toujours de vives réactions chez les politiques et les associations. Jusqu'à Jean-Paul Huchon, président socialiste de la région Île-de-France qui réagit ce lundi. 20 Minutes revient sur cette «affaire».

Quel est l’objet de la discorde?

Cce sont ces 250 affiches actuellement visibles dans le métro. Elles annoncent le concert des Prêtres, groupe de musique religieuse lancée par le médiatique Monseigneur Di Falco, évêque de Gap (Hautes-Alpes) le 14 juin à l’Olympia. La date et le lieu des concerts apparaissent sur les affiches de même que les trois prêtres chanteurs du groupe en compagnie de Mgr Di Falco. Mais il manque la mention «Au bénéfice des chrétiens d’Orient», ce qui a fait sortir de ses gonds l’évêque de Gap, interrogé par 20 Minutes mardi dernier.

Pourquoi la RATP a «omis» cette mention?

Metrobus, la régie publicitaire de la RATP, s’est justifiée dans un communiqué mercredi. Elle note que cette information se situe dans le contexte d’un conflit armé à l’étranger. Et que dans ce cas, «le principe de neutralité du service public qui régit les règles de fonctionnement de l’affichage par Métrobus, s'applique(…) La RATP et sa régie publicitaire ne peuvent prendre parti dans un conflit de quelque nature qu'il soit, même si elles ne sous-estiment pas l'émotion que suscite la situation dramatique des Chrétiens d'Orient.»

Est-ce que la laïcité s’impose dans ce cas précis?

Des politiques de tout bord s’insurgent en tout cas. Jean-Vincent Placé, chef de file des sénateurs écologistes se dit «sidéré». «On ne peut pas prendre le débat sur la laïcité comme prétexte à des choses de cette nature», indique pour sa part Thierry Solère, député UMP des Hauts-de-Seine qui dénonce une «application bébête de la laïcité». «La laïcité n’impose pas d’omettre le devoir de solidarité avec une minorité religieuse constituant une cible privilégiée de Daesh et ses alliés», ajoute Gérard Bapt, député PS et président du groupe d’amitié France-Syrie.  

Contacté ce lundi par 20 Minutes, Jean Baubérot, historien, président de l’Ecole pratique des hautes études et spécialiste de la laïcité, est sur la même longueur d’onde. «Il n’y avait pas de rupture du principe de la laïcité à mettre cette mention «pour les Chrétiens d’Orient» sur l’affiche, estime Jean Baubérot. La neutralité du service public aurait pu être implorée si les Chrétiens d’Orient avaient été une armée, un pays en guerre, une organisation politique. Là, on parle de populations dont on sait bien qu’elles sont menacées et persécutées…»

Pourquoi la nouvelle affiche de la RATP ne plaît toujours pas?

Samedi, la RATP a tenté de rétropédaler en proposant de procéder à un nouvel affichage, à ses frais cette fois-ci. Le communiqué précise que cette fois-ci le nom de l’association bénéficiaire, à savoir «L’œuvre d’Orient» serait mentionné. Pas de quoi réjouir Mgr Di Falco qui aurait préféré «au bénéfice des chrétiens d’Orient». «Tout le monde ne sait pas ce qu’est L’œuvre d’Orient, dit-il à l’AFP. Est-ce que c’est le mot chrétien qui leur brûle les lèvres? C’est invraisemblable, ça ne nous satisfait pas.»

De son côté, la coordination des chrétiens d’orient a saisi en référé, vendredi, le tribunal de grande instance de Paris afin de contraindre la RATP et Métrobus à permettre la mention «au bénéfice des chrétiens d’Orient.»