Foire du trône: Que sait-on des deux individus arrêtés en possession de produits explosifs?

FAITS DIVERS Le dossier ne présente pas de dimension terroriste, pour l'instant...

William Molinié

— 

Une patrouille de police à la Foire du Trône à Paris le 21 mars 2008
Une patrouille de police à la Foire du Trône à Paris le 21 mars 2008 — Franck Fife AFP

Que faisaient ces deux individus d’une trentaine d’années à proximité de la Foire du Trône, samedi soir vers 20h, en possession de deux bocaux de 500mL d’une substance explosive? Placés en garde à vue, ils ont expliqué qu'ils voulaient «tester» le produit dans le bois de Vincennes. Le point sur les éléments de l'enquête...

Pourquoi ont-ils été arrêtés?

Il est un peu avant 20h lorsque deux individus sont repérés par les policiers dans le secteur de Saint-Maurice (Val-de-Marne), à proximité du bois de Vincennes, aux abords de la fête foraine la Foire du Trône, particulièrement surveillée dans le cadre du plan Vigipirate. Les policiers de la BAC du 94 ont décidé de les arrêter en raison de leur «comportement suspect». En effet, les deux individus avaient récupéré dans le coffre de leur véhicule deux bocaux de verre de 500mL chacun et se «dirigeaient vers le bois au moment de l’interpellation», a rapporté à 20 Minutes une source policière.

Que contenaient les bocaux?

«Vraisemblablement des produits chimiques», a avancé cette source. Sans doute une «substance chimique dont la nature reste à déterminer», précise la préfecture de police. L’explosif, de nature artisanale, correspond à du peroxyde d’acétone (TATP). Il  aurait dans la voiture d’autres produits de fabrication artisanale. Les bocaux saisis sur les deux individus contenaient de la poudre blanche et leur couvercle était percé pour «laisser passer l’air». Dans un sac, les policiers ont aussi retrouvé une truelle et un marteau. Cette même source a précisé que les produits explosifs, très instables, découverts dans le coffre étaient présents en «grande quantité». Il y en avait assez pour «faire sauter un immeuble».

Quel est le profil des individus?

Ces deux hommes ne présentent pas de «signe extérieur d’islamisme radical». Une source proche du dossier a précisé à 20 Minutes que l’affaire ne présentait pas une dimension terroriste à ce stade de l’enquête. Connus pour des faits de délinquance, ils n'apparaissent pas dans les fichiers des services antiterroristes. En gade à vue, un des deux individus a expliqué qu'ils voulaient tester le produit dans le bois de Vincennes pour en connaître la puissance. Les enquêteurs tentent de savoir à quelles fins ils voulaient se procurer ces explosifs si instables.