Pierre, enseignant et «pédophile repenti» angoisse d’être victime d’une chasse aux sorcières

TEMOIGNAGE «20 Minutes» a recueilli le témoignage de cet homme condamné pour détention d’images pédopornographiques et qui enseigne encore aux enfants aujourd’hui…

Vincent Vantighem

— 

Illustration craies.
Illustration craies. — SUPERSTOCK/SIPA

Il pensait avoir tiré un trait définitif sur «tout ça». Mais en ouvrant les journaux ces derniers jours, Pierre* a vu son passé lui revenir, d’un seul coup, en pleine figure. Alors que les signalements d’enseignants soupçonnés d’avoir commis des actes de pédophilie se multiplient dans l’Education nationale, ce professeur «angoisse» aujourd’hui à l’idée d’être victime d’une chasse aux sorcières. «Si je me fais virer, il est certain que je me suiciderai.»

Pédophilie: Début de psychose dans l'Education nationale

Car, il y a six ans, Pierre a été arrêté pour avoir téléchargé des images à caractère pédopornographique. Fondatrice de l’association L’Ange Bleu qui vient en aide aux pédophiles abstinents, Latifa Bennari raconte ce qu’il s’est, ensuite, passé pour lui. «Les juges l’ont notamment condamné à une obligation de soins mais ne lui ont pas interdit d’enseigner. Il a donc continué à travailler.» 

A lire: Notre reportage au sein de L'Ange Bleu

Exactement comme le directeur de l’école du Mas de la Raz de Villefontaine (Isère) à l’origine de la polémique de ces derniers jours. Sauf que Pierre n’a, lui, pas récidivé et n’a pas été mis en examen pour «viols» sur plusieurs de ses élèves. «Bien au contraire, témoigne Latifa Bennari. Il s’est totalement reconstruit. Aujourd’hui, il intervient même dans des groupes de parole pour démontrer que l’on peut s’en sortir. C’est un exemple…»

Quatre éducateurs dans le même cas de figure

Un «exemple» totalement dissimulé à ses proches. «J’ai peur que mon cas de téléchargement, totalement réglé, ne revienne à la surface, témoigne-t-il dans un courriel dont 20 Minutes a pris connaissance. J’angoisse face à la volonté de rechercher dans les vieilles affaires pour faire une purge dans l’éducation nationale.»

Pédophilie: Comment les victimes sont-elles prises en charge?

Il ne serait pas le seul, selon Latifa Bennari. «En une semaine, j’ai reçu quatre témoignages d’enseignants et d’éducateurs dans le même cas de figure et qui sont aujourd’hui en état suicidaire», confie-t-elle. Alors qu’un début de psychose gagne les écoles de France et que les autorités ont fait montre de fermeté face à la situation, la responsable de ce mouvement associatif est bien consciente de véhiculer un message à contre-courant et difficilement audible par les parents d’élèves légitimement inquiets.

Le directeur de Villefontaine «n’est pas représentatif»

«Mais le directeur de l’école de Villefontaine n’est pas représentatif des milliers de personnes qui ont été soignées et ne passeront jamais à l’acte, poursuit-elle. Il faut veiller à ne pas faire d’amalgame.»


Pour cela, Latifa Bennari a écrit jeudi au cabinet de Christiane Taubira, la Garde des Sceaux, pour l’alerter sur «les risques de suicide, dépression et séparation» pour les enseignants, anciens consommateurs d’images pédopornographiques aujourd’hui repentis. «Une question mérite d’être posée, conclut-elle, c’est pourquoi le directeur de Villefontaine n’a pas été soigné en temps voulu? On n’en serait pas là aujourd’hui…»

* Le prénom a été changé